Municipales 2020 à Lyon : Les sondages se suivent et se contredisent...sauf pour prédire le bon score des Verts au premier tour

ELECTIONS Un sondage Ifop, réalisé par un laboratoire d’idées proche de Gérard Collomb, annonce un duel entre LREM et les Verts

C.G.

— 

Yann Cucherat (à gauche), candidat LREM intronisé par Gérard Collomb à Lyon, est crédité de 25% d'intentions de vote au premier tour des municipales selon un sondage IFOP.
Yann Cucherat (à gauche), candidat LREM intronisé par Gérard Collomb à Lyon, est crédité de 25% d'intentions de vote au premier tour des municipales selon un sondage IFOP. — Bony/SIPA

A Lyon, les sondages se suivent… mais ne se ressemblent pas. A deux semaines du premier tour des élections municipales, tous les scénarios semblent envisageables. Seule évidence, qui se confirme au fil des publications, le score important des Verts. Pour le reste, c’est assez incertain.

Le sondage Ifop, réalisé la semaine dernière auprès de 803 personnes vivant à Lyon et publié ce dimanche (marge d’erreur de 2,1 %), annonce un duel très serré entre Grégory Doucet (EELV) et Yann Cucherat (LREM). 26 % des intentions de vote pour le premier, 25 % pour le second. Une surprise si l’on regarde les enseignements du sondage Opinion Way publié il y a 3 jours, faisant état, lui, d’un bras de fer entre les écologistes et la droite.

Nathalie Perrin-Gilbert en embuscade, Georges Képénékian en chute libre

Selon ce sondage Ifop, réalisé par un groupe de réflexion proche de Gérard Collomb, Etienne Blanc (LR) se classerait troisième avec un score de 16 % et serait en position de se maintenir au second tour. Tout comme Nathalie Perrin-Gilbert, la maire sortante du 1er arrondissement (Lyon en commun) créditée de 11 %.

Georges Képénékian (sans étiquette), fâché avec Gérard Collomb, n’arriverait qu’en 6e position avec un score de 5 %. C’est quatre points de moins que le précédent sondage Ifop du mois de janvier et moitié moins que le score dont il est crédité dans le sondage Opinion Way (11 %). L’ancien maire de Lyon serait ainsi devancé par Agnès Marion (RN), 8 % mais se placerait juste devant le centriste Denis Broliquier (4 %) et Sandrine Runel, candidate de la Gauche Unie (4 %), qui fermeraient la marche.