Municipales 2020 à Strasbourg : Tous les candidats dans la même rame pour le tram mais pas dans la même direction

TRANSPORTS « 20 Minutes » aborde chaque semaine un thème de la campagne des municipales à Strasbourg. Aujourd’hui, les transports et plus particulièrement le tramway

N.W et G.V
— 
Tram transfrontalier entre Strasbourg et Kehl en Allemagne. Le 28 avril 2017
Tram transfrontalier entre Strasbourg et Kehl en Allemagne. Le 28 avril 2017 — G. Varela / 20 Minutes
  • Les élections municipales se tiennent les 15 et 22 mars 2020. Chaque lundi, 20 Minutes abordera un thème de la campagne. Aujourd’hui, on monte dans le tram.
  • Véritable consensus autour l’utilité de ce mode de transport, l’extension au cœur de Koenigshoffen est proposée par la quasi-totalité des candidats.
  • Les véritables points de réflexion, voire de crispation, vont porter sur le passage (ou pas) d’un tram sur l’avenue des Vosges.

A Strasbourg, le tram est la star des transports en commun. Il arrive à faire l’unanimité chez tous les candidats aux municipales, quel que soit leur bord politique. Même si dans le détail des projets, des nuances et des différences apparaissent. 20 Minutes fait le point sur les différents programmes pour le tram.

Une extension au cœur de Koenigshoffen

Tous s’accordent à le reconnaître, il faut favoriser son extension. Ce point fait l’unanimité, en particulier l’extension de la ligne au cœur de Koenigshoffen, très attendue par les habitants. La candidate écolo Jeanne Barseghian va même plus loin et propose d’étendre la ligne vers Eckbolsheim et même jusqu’à Wolfisheim…

Autre proposition de Catherine Trautmann (PS), l’extension au Neuhof-Stockfeld, avis partagé par les candidats Jean-Philippe Vetter (LR) et Jeanne Barseghian. Autre piste, l’extension vers la Robertsau via l’axe vers Sainte-Anne, envisagée par la candidate écolo et par son adversaire LR. Sous réserve avant toute chose pour ce dernier d’une « concertation avec les habitants ». Proposition originale, le candidat LREM Alain Fontanel est le seul à souhaiter le prolongement de la ligne F, de la place d’Islande vers les Deux-Rives via le pont d’Anvers afin de mieux desservir les nouveaux quartiers. Autre proposition à noter, la tête de liste PS annonce également la création d’une « véritable unité de sécurité des transports, dotée de moyens humains et financiers ».

La jonction Schiltigheim-Strasbourg, un point de crispation

A l’avenir, les véritables points de réflexion, voire de crispation, vont porter sur le passage ou pas d’un tram avenue des Vosges et qui pourrait faire la jonction de la future ligne de Schiltigheim à Strasbourg. Les candidats sont divisés, sans se prononcer formellement sur le sujet. « Il faut trouver une solution et décongestionner le nœud de la place de l’Homme de fer, je le dis depuis longtemps », assène Catherine Trautmann. Elle égratigne au passage son adversaire LREM Alain Fontanel : « Le président de la CTS semble le découvrir aujourd’hui. » Ce dernier tranche en faveur d’une connexion à la gare de Strasbourg, pour que « le tram ne soit pas imposé avenue des Vosges ».

Réponse négative aussi côté RN, Hombeline du Parc pointant un « axe compliqué à gérer » et des « stations de tram qui existent déjà aux alentours ». Le candidat LR Jean-Philippe Vetter envisage « un contournement du centre-ville, par les boulevards Clemenceau, Poincaré et Wodli » ou « la création d’une station Tribunal qui viendrait relier la place de la République aux Halles sans passer par la place de l’Homme de fer ».

Jeanne Berseghian veut d’abord « étudier les différents tracés, en lien avec les habitants et dans le cadre d’un schéma directeur des mobilités à l’échelle de l’Eurométropole » avant de se prononcer. Kevin Loquais (LFI Generation. S) ne rejette pas d’emblée l’idée d’un passage par l’avenue des Vosges mais comme son adversaire écolo, il réclame « une étude sur les déplacements sur les avenues des Vosges et de la Forêt noire ». De quoi alimenter les débats avant les élections car le véritable nœud ne se trouve pas forcément à Homme de fer.