Municipales 2020 à Strasbourg : Le retour du stationnement gratuit entre midi et deux, une bonne idée ?

PROGRAMMES Alors que certains candidats aux municipales 2020 à Strasbourg annoncent le retour du stationnement gratuit à la pause méridienne, d’autres dénoncent un mauvais signal qui serait donné et font d’autres propositions. On fait le point

Gilles Varela

— 

Illustration stationnement à Strasbourg.
Illustration stationnement à Strasbourg. — G. VARELA / 20 MINUTES
  • La délicate et stratégique question d’un retour (ou pas) du stationnement gratuit entre midi et deux à Strasbourg prend sa place dans la campagne municipale.
  • Le stationnement entre midi et deux est devenu payant en 2016 mais cette mesure avait déjà divisé élus, riverains et commerçants.
  • L’opposition municipale avait alors contesté cette mesure ainsi que les commerçants. A l’approche des élections, les avis ne sont plus aussi tranchés, pour ne pas dire parfois radicalement différents.

C’est par le prisme de la sauvegarde des commerces de proximité et d’accessibilité du centre-ville de Strasbourg qu’est abordée l’épineuse question de la gratuité entre midi et deux par les candidats aux municipales. Sa suppression en 2016 avait divisé élus, riverains et commerçants. « Mesure transitoire », « incontournable », « mauvais signal », les candidats ont en tout cas une idée bien précise et tranchée sur la question. On fait le point.

Pour Jeanne Barseghian, de la liste Ecolo et citoyenne, ou bien encore Kevin Loquais (LFI Generation. S), pas question de « revenir en arrière ». Cela serait « un mauvais signal ». La candidate écolo préfère « croiser les solutions » pour améliorer l’accessibilité au centre-ville. Solution ?  Optimiser les parkings existants mais surtout développer des parkings relais « nouvelle génération », à proximité des gares prioritairement selon la candidate. Là, seraient proposés différents services et conseils, afin d’inciter à utiliser d’autres modes de transports que la voiture. Des parkings relais d’un nouveau genre ? C’est l’idée proposée également par Catherine Trautmann (PS) ou bien encore Chantal Cutajar (Citoyens engagés). Qu’ils soient appelés « Centre », « hub », « Relais nouvelle génération », ces parkings qui proposeraient un large panel de services et l’accès à des moyens de déplacements doux ont les faveurs des candidats.

Avec des nuances cependant. Si Catherine Trautmann craint que la gratuité ne fasse réapparaître les « voitures ventouses », son équipe explique vouloir une mesure « pour aider l’ensemble des commerçants. » La candidate propose en plus le stationnement gratuit de 9h à 14h tous les premiers samedis du mois, à laquelle s’ajoute une dizaine de journées flottantes, à fixer en concertation avec les commerçants et la CCI. Tout en reprenant en régie directe le stationnement en voirie, confié à la société Streeteo, un dispositif « clairement insatisfaisant » selon l’ensemble des candidats. Et de voir dans un an, si cette gratuité est un véritable levier pour le commerce.

Le choix de la gratuité

Si certaines annonces ont pu surprendre, le retour de la gratuité est pourtant le choix de quatre candidats. (LR, LREM, Citoyens engagés et RN). En attendant la construction des « nouveaux parkings relais », Chantal Cutajar souhaite remettre, provisoirement, en place la gratuité de 11h30 et 14h30, pour « agir avec méthode et dans la concertation. » Hombeline du Parc (RN) propose sans détour le retour à la gratuité entre midi et deux et même à partir de 18h. Mais c’est surtout la décision du candidat LREM Alain Fontanel qui a pu surprendre. L’actuel premier adjoint au maire, jusqu'alors opposé à cette gratuité, y est finalement favorable à condition que cela soit accompagné de la mise en place d’une navette gratuite électrique. Celle-ci permettrait de relier les parkings et le centre-ville. Raison invoquée : donner un « signal fort » explique le candidat car la ville subit l’image négative d’inaccessibilité liée à la « bunkérisation lors de la période de Noël, une image qui perdure tout au long de l’année. » Mais aussi à celle due au stationnement...

De quoi surprendre d’autres candidats, et particulièrement Jean-Philippe Vetter (Les Républicains). Celui qui a proposé et défendu en premier dans son programme le retour à la gratuité et propose un nouveau parking souterrain en hypercentre, s’étonne : « C’est la même personne qui a voté la suppression du stationnement gratuit en 2016. C’est le candidat LREM qui contredit le premier adjoint LREM ». « On assiste dans cette campagne, à une surenchère, dénonce de son côté Kévin Loquais. C’est la kermesse aux promesses mais pas il n’y a pas de nouveaux projets pour Strasbourg. »

Une chose est certaine, la gratuité du stationnement entre midi et deux n’a pas fini de faire parler d’elle.