Municipales 2020 à Montpellier : Pour le sport dans les quartiers, les candidats mouillent le maillot

PROGRAMME (5/7) « 20 Minutes » s'intéresse aux propositions des candidats en matière de pratiques sportives dans les quartiers

Nicolas Bonzom

— 

Au city-stade Jamel-Saihi, aux Arceaux, à Montpellier
Au city-stade Jamel-Saihi, aux Arceaux, à Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Les municipales se tiennent les 15 et 22 mars 2020. Chaque lundi, « 20 Minutes » abordera un thème de la campagne. Aujourd’hui, le sport dans les quartiers.
  • Depuis six ans, le maire sortant a notamment lancé la création d’aménagements sportifs au parc Montcalm, le projet de nouveau pôle dédié aux sports de glisse à Grammont et ouvert des terrains multisports et des terrains de football synthétiques.
  • Mais est-ce suffisant ? Les candidats aux municipales veulent notamment multiplier les aménagements sportifs dans les quartiers, notamment les skateparks, les city-stades, les aires de fitness, les parcours sportifs ou les murs d’escalade.

Montpellier est une ville sportive. Avec ses clubs professionnels de football, de rugby, de handball ou de basket, qui flirtent avec l’élite, elle est même l’une des villes les plus sportives de France. Mais dans les quartiers,​ l’est-elle tout autant ?

À Montpellier, la ville gère 270 équipements sportifs. Des skateparks, des murs d’escalade, de petits terrains de tennis ou des city stades, accessibles à tous. Est-ce suffisant ? À trois semaines du 1er tour des municipales, 20 Minutes fait le point sur les propositions des candidats en matière d’équipements sportifs dans les quartiers.

Patrick Vignal veut aménager les berges du Lez pour la pratique des sports nautiques

Mohed Altrad (sans étiquette) souhaite la « multiplication des plateaux sportifs » dans les quartiers et promet de « développer des aires de fitness en plein air ». Kamy Nazarian (UPR) souhaite aussi « plus d’équipements pour la pratique du sport en plein air ». Patrick Vignal (LREM), de son côté, propose d’aménager les berges du Lez pour la « pratique des sports nautiques » et promet de réhabiliter la piscine de la Motte Rouge.

Le maire sortant, Philippe Saurel (divers gauche), souhaite lui aussi rénover cette piscine, qui appartient à l’université, et promet la création de nouveaux « équipements de quartiers ». L’élu propose également d’ouvrir à Montpellier une « académie populaire de football », « pas pour les professionnels, ni les licenciés, mais pour permettre à ceux qui veulent pratiquer en loisir d’être initié au football en dehors des clubs ».

Coralie Mantion veut transformer le parking des Arceaux en terrain de tambourin

Coralie Mantion (EELV) promet, de son côté, de « sanctuariser » les équipements sportifs dans les quartiers, comme les stades du Père-Prévost ou du Lieutenant-Normand, afin « qu’ils ne puissent plus être vendus », pour d’éventuelles opérations immobilières. La candidate propose aussi, dans les « quartiers prioritaires », de créer des city stades et des skateparks, ainsi que des parcours sportifs le long du Lez.

Coralie Mantion souhaite aussi mettre en place des partenariats, avec les collèges et les lycées, pour ouvrir leurs équipements sportifs, notamment les gymnases, aux habitants et aux associations des quartiers, quand ils ne sont plus utilisés par les élèves. Enfin, la candidate propose, en concertation avec les habitants du quartier de « transformer le parking des Arceaux en terrain pour les sports traditionnels, comme le tambourin ».

Un terrain de tennis au parc Montcalm, à Montpellier
Un terrain de tennis au parc Montcalm, à Montpellier - N. Bonzom / Maxele Presse

Nous sommes souhaite multiplier les aménagements « au pied des immeubles »

Michaël Delafosse (PS) a, lui, des projets pour le stade de la Mosson, qui sera déserté par le MHSC à l’ouverture de l’hypothétique nouveau stade de football, prévu dans le quartier Cambacérès. Le conseiller municipal propose de l’aménager en pôle sportif, particulièrement pour les amateurs qui pratiquent les sports « du XXIe siècle ». « Un site ouvert à tous, pour la pratique sportive au quotidien, que ce soit pour les sports "traditionnels", les sports dits "extrêmes" et également le e-sport », indique le candidat.

De son côté, le mouvement Nous sommes, porté par Alenka Doulain, propose d’associer les associations sportives et les pratiquants « dans le processus de décision pour la création de nouveaux équipements sportifs » dans les quartiers. La liste promet à tous les Montpelliérains d’avoir accès à une pratique sportive, avec des « aménagements de proximité », « à faible coût, partout dans la ville », « au pied des immeubles » : des city stades, des aires de street work-out, des aires balisées pour pratiquer la course ou le trail, des parcours d’agrès, des murs d’escalade…

Notre dossier Municipales 2020

Rémi Gaillard (sans étiquette), enfin, promet du sport là où on ne s’y attend pas : le trublion de cette campagne souhaite transformer le très controversé projet de retail park Ode à la mer en « éco-quartier » avec, notamment, des « parcours sportifs ».