Municipales 2020 à Lille : Tout le monde veut une nouvelle piscine, mais pas au même endroit

POLITIQUE (5/7) Sur le fond, l'idée d'une nouvelle piscine à Lille ou dans la métropole fait consensus mais la méthode est radicalement différente en fonction des candidats

Francois Launay

— 

La moitié de la rénovation de la piscine Marx-Dormoy à Lille est prise en charge par la communauté urbaine.
La moitié de la rénovation de la piscine Marx-Dormoy à Lille est prise en charge par la communauté urbaine. — M.Libert / 20 Minutes
  • Confronté à un réel manque de bassin par habitant, Lille a besoin d’une nouvelle piscine.
  • Si tous les candidats sont d’accord sur ce point, l’emplacement du futur équipement cristallise les tensions.
  • Favorable à un projet sur la friche Saint-Sauveur, la maire sortante Martine Aubry fait l’unanimité contre elle chez les autres candidats.

C’est l’un des rares sujets qui fait l’unanimité dans cette campagne. A Lille, tous les candidats aux municipales s’accordent à dire qu’il manque une piscine digne de ce nom dans la ville ou au moins dans la métropole. « On a moins de bassins par habitant dans la métropole et dans la région par rapport au reste de la France. Il y a un vrai déficit de ce côté-là », reconnaît Arnaud Deslandes colistier de la liste « Lille en commun, Lille en confiance » et responsable de la campagne municipale de Martine Aubry.

Un manque qui commence clairement à se faire sentir dans les établissements scolaires selon l’insoumis Julien Poix « Il y a des écoles qui ont moins de créneaux et du coup il y a un recul de la pratique de la natation à Lille. Avoir une piscine est un vrai besoin », assure la tête de liste de « Décidez pour Lille ».

Un manque de piscine olympique

Aujourd’hui dans la capitale des Flandres, seule la piscine de Lille-Sud, ouverte en 2016, est moderne. Les bassins situés à Fives, Hellemmes et aux Bois Blancs, où est installée Marx Dormoy, la plus grande piscine de la ville, sont tous vétustes. « En 2003, lors de la mise en place d’un plan sur les infrastructures sportives, le projet de construction d’une piscine olympique dans la métropole avait été identifié. Ce plan est tombé à l’eau », regrette l’écologiste Stéphane Baly, tête de liste de Lille Verte 2020.

Voilà pour le constat et le plantage de décor. Pourtant, une piscine olympique dernier cri et ultra-moderne avec bassins intérieur et extérieur, fosse de plongée et jeux aquatiques doit normalement sortir de terre à Saint-Sauveur dans les prochaine années. Sauf que ce projet métropolitain de 78,5 millions d’euros (financé à 70 % par la MEL et à 30 % par la ville de Lille) soutenu par Martine Aubry fait bondir absolument tous ses opposants.

Lille, le 7 mars 2019. Le belvedere de la friche Saint-Sauveur. Site ou doit etre construite la future piscine olympique.
Lille, le 7 mars 2019. Le belvedere de la friche Saint-Sauveur. Site ou doit etre construite la future piscine olympique. - M.Libert / 20 Minutes

Des opposants vent debout contre le projet de Saint-Sauveur

En cause : l’installation de ce complexe aquatique mais aussi de logements et de commerces sur une friche de 23 hectares située à proximité du périphérique. Décrié pour des raisons écologiques, plusieurs recours ont été déposés devant le tribunal administratif contre ce projet provisoirement à l’arrêt en raison d’un moratoire.

« On fera un projet d’équilibre entre le bâti et le non-bâti. Et puis, il faut savoir que 80 % de la friche de cette friche est déjà bétonnée à un mètre de profondeur », se défend Arnaud Deslandes. Sauf qu’il n’y a pas que l’environnement qui est pointé du doigt.

L’alternative Marx Dormoy

« Vouloir mettre toute une partie d’argent de la politique sportive sur le site Saint Sauveur me semble vraiment être à côté de la plaque. Ça n’a aucun sens », tacle ainsi Marc-Philippe Daubresse, la tête de liste (LR) de « Notre parti, c’est Lille ».

Thomas Werquin, colistier de « Faire respirer Lille » menée par Violette Spillebout​ (LREM), ne veut pas non plus de cet emplacement proche du périphérique : « On est sur un secteur de Lille qui est hyper encombré, hyper saturé. Il y a donc une vraie question de localisation. »

Reste donc à savoir où installer un éventuel projet alternatif à Saint-Sauveur. Pour beaucoup de candidats, le site est déjà trouvé : celui de Marx Dormoy. là où se trouve déjà la plus grande piscine de la ville. Si certains candidats comme Marc-Philippe Daubresse ou Julien Poix veulent rénover et désamianter l’équipement, la mission semble impossible selon Stéphane Baly.

Une nouvelle piscine pas forcément dans Lille

« Marx Dormoy coûte déjà un million d’euros par an à la ville en frais de fonctionnement. En plus, la rénover prendrait au moins trois ans. Or, on ne peut pas se permettre aujourd’hui à Lille de se priver de bassins existants », explique la tête de liste de Lille Verte 2020.

Pour les écolos, la solution serait donc de construire une nouvelle piscine olympique… juste à côté de celle de Marx Dormoy. Même idée chez Marc-Philippe Daubresse qui veut créer un grand pôle nautique autour de ce site situé juste à côté de la Deûle et la Citadelle. Un pôle qu’on retrouve aussi dans le programme de Violette Spillebout.

D’autres candidats comme Eric Cattelin-Denu n’exclut pas une troisième voie en installant le nouveau complexe en dehors de Lille. « Est-ce qu’on ne peut pas trouver une autre commune et éviter que tout soit concentré au même endroit pour des raisons de circulation ? Il faut mener une réflexion sur une nouvelle implantation », assure la tête de liste RN.

Fives-Cail, un projet déjà dans les cartons

Et si c’est bien la piscine olympique qui concentre les regards et les propositions, d’autres bassins sont dans les cartons comme celui de Fives-Cail où un bassin de 25 mètres devrait voir le jour après 2026. Un projet dont les Verts souhaiteraient accélérer la construction « On veut faire un maillage territorial pour ne pas tuer les piscines de proximité ce qui serait le cas si l’usine à nageurs de Saint-Sauveur voyait le jour », assure Stéphane Baly.

Lille, le 8 octobre 2013. L'ancienne de metallurgie Fives Cail Babcock va etre entierement reconvertie au travers d'un grand projet urbain comprenant des logements, un lycee hotelier, une piscine, un pepiniere d'entreprises et des commerces.
Lille, le 8 octobre 2013. L'ancienne de metallurgie Fives Cail Babcock va etre entierement reconvertie au travers d'un grand projet urbain comprenant des logements, un lycee hotelier, une piscine, un pepiniere d'entreprises et des commerces. - M.Libert/20 Minutes

Quoi qu’il arrive, un bassin flambant neuf devrait voir le jour à Lille ou dans la métropole lors du prochain mandat municipal. Mais son emplacement pourrait bien faire l’objet de grandes discussions après le premier tour et une éventuelle fusion de listes. L’arlésienne de la piscine n’a pas fini d’animer les débats.