Municipales 2020 à Nantes : Musées, Arbre de la liberté, cinéma à 2 euros… Quoi de neuf pour la culture ?

PROGRAMMES (7/10) Suite de notre série consacrée aux propositions des candidats à l'élection municipale à Nantes. Aujourd'hui, la culture

Frédéric Brenon

— 

L'araignée géante de la compagnie La Machine.
L'araignée géante de la compagnie La Machine. — S.Salom-Gomis/Sipa
  • Les propositions des candidats à la mairie de Nantes en matière de culture sont parfois étonnantes.
  • Nouveau théâtre, Cité des sciences, musée de l’esclavage, Semaine ingérable ou encore cinéma à 2 euros sont, par exemple, cités.
  • Les élections municipales se dérouleront les 15 et 22 mars.

EDIT >> A l'occasion du premier tour des élections municipales, nous vous proposons de redécouvrir cet article consacré aux propositions des candidats en matière de culture

Quoi de neuf en matière culturelle à Nantes ? Si le Voyage à Nantes, les Machines de l’île et la Folle Journée prennent beaucoup de place, ils ne suffisent pas à résumer l’activité artistique de la Cité des ducs. Les candidats à l’élection municipale l’ont bien compris et ne manquent pas de propositions, parfois étonnantes. Tour d’horizon.

De nouveaux musées ?

Valérie Oppelt (LREM) veut lancer l’étude d’un musée du design et « créer un festival annuel sur cette thématique ». Elle soutient également l’idée émise par Johanna Rolland (PS) de créer un « grand musée Jules-Verne » dans l’ancien bâtiment Cap 44, au pied de la Butte Sainte-Anne. Laurence Garnier (LR), elle, appuie pour une Cité des sciences et de la mer qui « valoriserait le savoir-faire local ». Margot Medkour (Nantes en Commun) considère que l’actuel Mémorial à l’abolition de l’esclavage n’est « pas à la hauteur des enjeux » et promet la réalisation d’un véritable musée « consacré à l’histoire coloniale et à l’esclavage ».

Des nouveaux événements ?

Eleonore Revel (RN) envisage la création d’un grand festival breton pendant le week-end de l’Ascension, « autour du château, avec des groupes de musique celtique ». Laurence Garnier promet d’arrêter l'événement Transfert à Rezé et de le remplacer par un festival consacré à l’écologie. Julie Laernoes (EELV) propose de lancer la « Semaine ingérable », un événement gratuit où tous les équipements culturels déborderaient sur l’espace public. Elle s’engage également à proposer concerts ou spectacles dans un « lieu dédié aux noctambules », du jeudi au dimanche soirs, de juin à septembre. Valérie Oppelt veut « construire un nouveau théâtre dédié aux pièces nationales proposant en particulier du théâtre de boulevard ».

La culture pour tous, partout ?

Hugo Sonnier (UPR) veut privilégier « l’aide au financement de petites structures » et mettre chaque année à l’honneur un quartier différent de la ville dans le cadre du Voyage à Nantes. Julie Laernoes parle, elle, de « rompre avec l’événementiel et le clientélisme » et de « retravailler une culture du quotidien ». La candidate écologiste promet donc d’amplifier le « soutien aux productions nantaises » et de « développer les pratiques non professionnelles ». Johanna Rolland veut instaurer la gratuité des bibliothèques municipales. Margot Medkour veut créer des cinémas « proposant des séances à 2 euros » dans tous les quartiers. « Ils diffuseront des films six mois après leur sortie. Comme  l'Apollo il y a une vingtaine d’années », explique son entourage.

Et l’Arbre aux hérons alors ?

Julie Laernoes, Eleonore Revel sont fermement opposées au projet, tandis que Riwan Chami (NPA) et Margot Medkour promettent sa suspension avant de consulter la population. Johanna Rolland veut évidemment le poursuivre. Valérie Oppelt n’entend pas s’y opposer mais promet d’être « très vigilante sur le financement ». Quant à Laurence Garnier, elle aimerait donner au projet initial un « supplément d’âme » en y ajoutant des références à l’histoire de Nantes « autour de la liberté » (Edit de Nantes, esclavage, guerres de Vendée…). Cet « Arbre de la liberté » deviendrait « l’emblème de Nantes ». « Création et transmission sont très complémentaires », défend-elle.