Municipales 2020 à Strasbourg : La rénovation du stade de la Meinau menacée par les élections ?

POLITIQUE 20 Minutes aborde chaque semaine un thème de la campagne des municipales à Strasbourg. Aujourd'hui, les infrastructures sportives

Thibaut Gagnepain
— 
Le stade de la Meinau devrait être rénové et passer de 26.000 à 32.500 places d'ici juin 2025.
Le stade de la Meinau devrait être rénové et passer de 26.000 à 32.500 places d'ici juin 2025. — Elyxandro CEGARRA/SIPA
  • Les élections municipales se tiennent les 15 et 22 mars 2020. Chaque lundi, 20 Minutes abordera un thème de la campagne. Aujourd'hui, les infrastructures sportives.
  • Le stade de la Meinau doit être rénové afin de passer de 26.000 à 32.500 places d'ici mi-2025. Le projet a été lancé par l'actuelle municipalité et coûtera 16,4 millions d'euros à la ville contre 46,1 millions pour l'Eurométropole (dont 25 millions de prêt).
  • Que se passera-t-il avec le nouveau maire ? On a posé la question aux candidats.

Le processus est engagé. En mai prochain, les cinq cabinets d'architecte pré-sélectionnés rendront leur projet de rénovation du stade de la Meinau. Puis, « celui qui sera retenu devrait être voté en septembre » au conseil de l’Eurométropole, indique son actuel président Robert Hermann avant d’ajouter « si tout va bien… »

Car entre-temps, il y a les élections municipales. Tous les candidats sont-ils favorables à cet agrandissement de l’enceinte du Racing, qui doit passer de 26.000 à 32.500 places ? Presque. Sur les sept interrogés, un seul montre une opposition ferme : Kévin Loquais. La tête de liste de «  Strasbourg en commun » pointe le coût de l’opération, 100 millions d’argent public, dont 16,4 millions pour la ville et 46,1 millions pour l’Eurométropole (dont 25 millions de prêt).

« Une gabegie »

« C’est une gabegie dans l’utilisation des fonds publics. Il est anormal que les collectivités engagent ces sommes pour permettre à un club de football privé d’augmenter son budget », pointe-t-il en craignant « une dérive du budget ». Le militant La France insoumise promet donc de « réévaluer le financement de ce projet » et envisage « un partenariat public-privé », comme cela a été le cas pour les stades de Lille et Bordeaux notamment.

L'entrée du stade de la Meinau.
L'entrée du stade de la Meinau. - Elyxandro CEGARRA/SIPA

Cette idée de faire davantage appel aux fonds privés, les élus Europe Ecologie les Verts (EELV) l’avait défendue. « Nous proposons de diviser par deux les investissements publics », avait expliqué Alain Jund au conseil municipal de Strasbourg du 25 juin 2018 avant d’annoncer l'abstention des Verts. Un an et demi plus tard, la position du groupe a un peu évolué.

« Une question de rayonnement »

« Le projet est engagé et doit se poursuivre », annonce la tête de liste EELV Jeanne Barseghian, en se rangeant derrière des « délibérations votées ». « Mon équipe et moi-même serons attentifs à ce que cet investissement public important ait un impact positif pour la ville, le quartier de la Meinau et l’écosystème du sport amateur », précise-t-elle encore.

Toutes ces retombées, plusieurs de ses adversaires en sont déjà convaincues. « On est au-delà du sport quand on parle de cette rénovation, c’est une question de rayonnement pour la ville de Strasbourg », assure le candidat Les Républicains Jean-Philippe Vetter. Un argument repris par son concurrent LREM Alain Fontanel, lui aussi fervent supporter de la modernisation de la Meinau. « Ce projet porte l’ambition de se doter d’une infrastructure moderne capable d’accueillir de grandes compétitions internationales et des événements populaires », ajoute l’actuel premier adjoint.

A ce sujet-là, la tête de liste du Rassemblement national (RN) a une petite idée. « Nous souhaitons aussi que le cahier des charges intègre la possibilité de faire des grands concerts ou une deux fois dans l’année et ainsi faire revenir des grands noms de la musique », propose Hombeline du Parc, elle aussi favorable au projet. Tout comme Catherine Trautmann (Parti Socialiste).

« Permettre au club de continuer de grandir »

« Il doit permettre au club de continuer de grandir en poursuivant le développement intelligent et vertueux engagé par Marc Keller (le président du RC Strasbourg Alsace) et son équipe », estime la représentante du PS en évoquant « une rénovation absolument nécessaire ».

Enfin, l’entrain ne semble pas le même du côté de Chantal Cutajar mais la tête de liste des « Citoyens engagés » « laisse le concept comme il est ». Avec déjà quelques idées pour animer les jours de match. « On pourrait associer des activités culturelles, de découvertes de la ville afin de faire profiter les commerçants de la fête. » Surtout en cas de victoire du Racing…