Municipales 2020 à Antibes : Jean Leonetti repart en campagne pour un cinquième mandat, « le dernier »

LA DER Maire de la troisième ville des Alpes-Maritimes depuis 1995, l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy est opposé à huit autres listes mais une nouvelle victoire facile semble attendue

Fabien Binacchi

— 

Jean Leonetti est maire d'Antibes depuis 1995
Jean Leonetti est maire d'Antibes depuis 1995 — BEBERT BRUNO/SIPA
  • Jean Leonetti brigue un cinquième mandat à la tête de la ville d’Antibes.
  • L’élu LR annonce qu’il n’ira pas au-delà de ce cinquième mandat.
  • Il veut préparer sa « succession » en passant le relais au député Eric Pauget.

Il l’assure, sa candidature, officialisée fin janvier, n’a pas été automatique. « Je me suis posé la question et je me suis décidé l’été dernier. J’ai pris du recul au moment de la présidence par intérim des Républicains [qu’il a assuré jusqu’à l’automne après la démission de Laurent Wauquiez]. Et j’ai fait le choix de m’engager dans la campagne pour un cinquième mandat, qui serait le dernier ! », annonce Jean Leonetti à 20 Minutes.

A 71 ans, le maire LR d'Antibes, la troisième ville du département des Alpes-Maritimes, compte bien conserver son fauteuil de maire encore six années, après une élection qui lui semble déjà acquise, selon les observateurs, et ce dès le premier tour. En continuant d’améliorer ses résultats comme en 2014, avec 63,16 % des voix, par rapport à 2008 (59,31 %), qui faisait déjà mieux que 2001 (55,08 %) ? « C’est l’objectif », dit-il calmement.

« Ce serait le mandat de trop », raille son opposant LREM

« On n’est pas réélu sur un bilan mais le nôtre est bon, tranche l’ancien cardiologue, ministre sous Nicolas Sarkozy. La ville est saine. Sophia-Antipolis créé 1.000 emplois par an. Le port d’Antibes rapporte 18 millions d’euros chaque année. Et d’importants travaux sont engagés avec les bassins olympiques ou encore le conservatoire. »

Un satisfecit qui ne convainc pas vraiment l’offre pléthorique qui se présente face à lui. A ce jour, neuf listes, au total, devraient être départagées dans les urnes les 15 et 22 mars. Et parmi les adversaires de Jean Leonetti, certains raillent justement… sa longévité. « Ce serait le mandat de trop, attaque François Zema, tête de liste LREM sur Twitter. Après 37 ans au conseil municipal, je ne m’explique pas qu'[il] n’ait pas préparé sa succession ».

Préparer son passage de flambeau à Eric Pauget

Six ans de plus, pour Jean Leonetti, ce serait ce qu’il faut encore justement pour organiser l’avenir. Et notamment son passage de flambeau. Il n’en fait pas mystère depuis plusieurs années : le maire d’Antibes depuis 1995 verrait bien son premier adjoint Eric Pauget, qui lui avait succédé à l’Assemblée nationale en 2017 pour respecter la loi sur le non-cumul des mandats. « J’ai toujours fait le choix d’Antibes. Encore dernièrement quand on m’a proposé de mener la liste LR pour les Européennes, j’ai décliné », avance le maire sortant.

Jean Leonetti devrait donc enrôler son dauphin tout désigné une nouvelle fois dans une liste qu’il annonce tout de même « très renouvelée ». Ces derniers jours, le candidat a présenté l’une de ses plus grosses prises : le champion olympique de natation Alain Bernard, à qui il confierait bien des missions en lien « avec la jeunesse ».