Municipales 2020 à Strasbourg : Après les élections, les cyclistes pourraient devoir « filer droit »

POLITIQUE « 20 Minutes » aborde chaque semaine un thème de la campagne des municipales à Strasbourg. Aujourd’hui, les mobilités, au cœur des programmes de tous les candidats

Gilles Varela

— 

Illustrations vélos et piétons dans la ville de Strasbourg le 08 07 2008
Illustrations vélos et piétons dans la ville de Strasbourg le 08 07 2008 — G . VARELA / 20 MINUTES
  • Les municipales se tiennent les 15 et 22 mars 2020. Chaque lundi, 20 Minutes abordera un thème de la campagne. Aujourd’hui, les mobilités.
  • Suite à de récurrentes tensions entre les différents usagers sur la voie publique, notamment entre piétons et cyclistes, les candidats souhaitent proposer des pistes cyclables sûres, visibles, avec des itinéraires adaptés.
  • Ils prônent aussi des sanctions contre ceux qui ne respectent pas le Code de la route, avec le retour des amendes minorées et de la pédagogie et de la prévention.

Si Strasbourg est reconnue comme être la ville du vélo, elle est aussi celle des tensions entre cyclistes et piétons, voire entre cyclistes et automobilistes. Il n’est pas rare de voir des altercations sur les pistes cyclables ou dans les rues piétonnes. Facile aussi de voir des cyclistes, toutes lumières éteintes, griller de nuit impunément des feux rouges ou à l’inverse des automobilistes serrant de trop près les cyclistes, ou leur couper la route.

Une cohabitation bien difficile pour les usagers de l’espace public qui pollue le « bien vivre ensemble » et à laquelle les candidats aux municipales veulent répondre au plus vite.

Des pistes cyclables mieux identifiées

C’est l’unanimité chez les candidats. Pas assez visibles, insuffisantes, vieillissantes, discontinues, la question des pistes cyclables serait en partie à l’origine des tensions entre les différents usagers. Nombreux sont les candidats qui proposent d’identifier au plus vite les points de crispation « où sévissent les conflits d’usage, afin de les réaménager et les apaiser, annonce Jeanne Barseghian (Eco-citoyenne). Il est important que les piétons et les cyclistes disposent d’un espace suffisant et distinct pour pouvoir circuler. » Jean-Philippe Vetter (LR) regrette qu’elles ne soient pas suffisamment balisées et relève l’inefficacité de « simples bandes blanches le long des routes. […] C’est risqué ». Une évidence également pour Kévin Loquais (LFI Génération.s) qui propose en outre de «séparer de façon claire les voies piétonnes et cyclistes par une bordure, où à minima, un revêtement différent. »

La candidate Chantal Cutajar (Citoyens engagés) propose de systématiquement mettre un balisage de couleur au sol au niveau des carrefours, « comme c’est le cas à Copenhague ». Alain Fontanel (LREM), souligne l’importance de remettre « chacun à sa place, en protégeant les piétons dans les zones piétonnes et sur les trottoirs ». Ou bien encore, en période de forte affluence, comme le samedi après-midi, « d’imposer la règle du pied à terre pour les cyclistes dans certaines zones piétonnes. Strasbourg doit devenir la capitale du vélo responsable ».

Sensibilisation et sanctions

« Responsable » ? Côté sanctions, le candidat LREM promet d’être intransigeant et « mettre fin à l’impunité des cyclistes. De verbaliser systématiquement en cas de non-respect du Code de la route, mais aussi des actions ciblées pour les livreurs à vélo. » Une fermeté toutefois conditionnée à la sensibilisation, la prévention, notamment des plus jeunes et au retour des amendes minorées (expérimentée un temps à Strasbourg). « Il faut clairement les rétablir pour protéger les piétons et diminuer le nombre d’accidents », plaide Jean Philippe Vetter. L’ensemble des candidats s’attachent à l’importance de la pédagogie. Des amendes minorées, oui, mais dans le cadre d’un processus d’éducation à tous les âges, notamment pour les personnes prises en flagrant délit, insiste Jeanne Barseghian. Idem pour Catherine Trautmann (PS), qui souhaite le renforcement « des contrôles avec avertissement » et « la sanction en dernier ressort quand elle est nécessaire ».

De nouvelles pistes cyclables

C’est un autre levier sur lequel les candidats comptent s’appuyer pour pacifier les rues et trottoirs de la ville. Des aménagements dédiés aux cyclistes, séparés des piétons si possible, sécurisés. Quand Jean Vetter propose d’établir avant tout « un grand plan pour la continuité des pistes cyclables », Catherine Trautmann souhaite les cartographier avec une mise à jour en temps réel via une application dédiée. Jeanne Barseghian propose de nouveaux itinéraires comme « une piste cyclable attractive de contournement du centre-ville, connectée aux pistes cyclables venant des différents secteurs et faubourgs ». Alain Fontanel propose l’aménagement d’une « vélo-boucle pour contourner efficacement la Grande Ile » et un marquage d’itinéraires préférentiels pour les vélos dans l’hypercentre, vers les rues les moins fréquentées par les piétons.

Reste aux candidats, pour arriver à leurs fins, à franchir en tête la ligne d’arrivée les 15 et 22 mars prochains.