Municipales 2020 à Cannes : Le Rassemblement national n’y va pas, un boulevard pour Lisnard ?

CAMPAGNE Le parti de Marine Le Pen ne présentera personne contre le sortant LR « qui est très apprécié »

Fabien Binacchi

— 

Le maire de Cannes David Lisnard, le 14 mars 2014
Le maire de Cannes David Lisnard, le 14 mars 2014 — Jean-Christophe Magnenet AFP
  • A Cannes, le RN a décidé de ne pas présenter de candidat face au maire sortant LR.
  • « Nous avons interrogé les Cannois et le fait est que David Lisnard est très apprécié », explique un responsable local.
  • Un boulevard pourrait s’ouvrir pour le candidat-maire, opposé à quatre autres listes.

L’une des dernières inconnues dans la cité des festivals a été définitivement levée. Elle concernait la stratégie du Rassemblement national (RN). Il y a un peu moins d’un mois, Lionel Tivoli, le délégué départemental du parti de Marine Le Pen, qui « auditionnait des candidats potentiels », se confiait sur la difficulté « de trouver quelqu’un qui veuille bien aller à la bataille à Cannes ».

A un mois du scrutin, la décision est donc tranchée. Et après La République en marche (LREM), qui a choisi de ne pas s’opposer à David Lisnard, le RN, aussi, laisse le champ libre au maire sortant Les Républicains (LR).

« Nous avons interrogé les Cannois et le fait est que David Lisnard est très apprécié. Nous avons décidé de ne présenter personne contre lui », a annoncé Lionel Tivoli, jeudi, à 20 Minutes. Plusieurs pistes avaient pourtant été envisagées.

« La conséquence de mauvais choix »

Adrien Grosjean, élu en 2014 au conseil municipal au sein d’un groupe Front national qui s’est depuis disloqué, confirme avoir été « approché » et avoir « décliné ».

Pour lui, le climat n’y est pas. « C’est bien dommage que, dans une ville où le parti de Marine Le Pen fait plus de 40 % aux présidentielles, il n’y ait pas de candidats aux municipales, dit-il. Mais, c’est la conséquence de mauvais choix orchestrés au niveau local depuis des années. »

Elu confortablement dès le premier tour ?

Un boulevard semble désormais se présenter pour David Lisnard. A tel point que certains bookmakers le verraient bien d’ailleurs confortablement élu dès le premier tour. A ce jour, l’ancien président du palais des festivals se voit opposé à quatre autres candidats.

Dominique Henrot (PC et PS), qui tient bon la barre d’une campagne active, est en lice aux côtés d’Olivier Baconnet (Le lien écologique et solidaire) et de l’Union populaire républicaine (UPR), avec une nouvelle tête de liste en la personne de Nicolas Schisselé.

Jean-Luc Annone, initialement investi par le parti du Frexit, a finalement été débarqué après « voulu s’allier à Catherine Dorten », candidate FN en 2014, a indiqué l’UPR. Les deux ont annoncé leur candidature commune ce vendredi sous la bannière « Rassemblement citoyen pour Cannes ». Il sera deuxième de la liste qu’elle va mener.