Municipales 2020 à Nice : La liste ViVA! tire au sort une partie de ses candidats pour les municipales

ELECTIONS Neuf femmes et neuf hommes ont été désignés comme nouveaux membres de la liste ViVA! pour les municipales des 15 et 22 mars

Jonathan Hauvel

— 

La main innocente de Stella a tiré au sort les nombres un par un. Impair, le nom d'une femme était ensuite pioché dans un chapeau.  Pair, celui d'un homme l'était dans un autre
La main innocente de Stella a tiré au sort les nombres un par un. Impair, le nom d'une femme était ensuite pioché dans un chapeau. Pair, celui d'un homme l'était dans un autre — J.Hauvel / ANP / 20 Minutes
  • Soixante-dix Niçois avaient candidaté pour intégrer la liste ViVA! lors des municipales.
  • Dix-huit d'entre eux ont été tirés au sort ce mercredi.
  • D'autres listes ont recouru à cette méthode en France, à l'image de Cédric Villani à Paris.

59 : Rose-Marie Bourreau. 65 : Sherhazade Essaber. 18 : Jean-Pierre Crémieux. « Il n’est pas là ? On remet le panier garni alors », plaisante un sympathisant. Ce mercredi, la soirée de tirage au sort des candidats de ViVA! avait des airs de tombola de kermesse.

La liste citoyenne-divers gauche, candidate aux élections municipales à Nice, a décidé que dix-huit de ses colistiers (neuf hommes, neuf femmes) seraient littéralement tirés du chapeau parmi soixante-dix volontaires. Six « numéros complémentaires » ont été piochés pour remédier aux désistements et autres contraintes administratives.

« Pas besoin d’être des pros »

« 60 % des candidats de notre liste ne sont pas membres d’une organisation politique. Face à la défiance des Français, nous disons qu’il n’y a pas besoin d’être des professionnels pour faire de la politique », revendique l’avocate tête de liste Mirielle Damiano.

Les 40 % restants sont affiliés aux partis politiques soutenant ViVA !, à l’image du PCF, de la France insoumise, d’Ensemble ! ou de Génération•s).

Pioché dans son propre chapeau

Jean-Loup Manassero, comédien habitant à Nice-Nord, a été tiré au sort le jour de ses 45 ans. Ovation générale. « En plus, j’ai été pioché dans mon chapeau. C’est louche », ironise-t-il, avant de retrouver son sérieux : « Je trouve que c’est une super initiative de pouvoir faire enfin confiance aux gens qui ne font pas partie de la vie politique et de les amener à s’exprimer sur des sujets qui concernent leur ville. »

Celui qui était grimé en « Victor Hugo » lors de la dernière action publique de ViVA ! propose « de rendre la culture accessible à tous. Cela passe, par exemple, par la mise en place d’actions culturelles fortes dans chaque quartier et pas uniquement à Albert-Ier. »

Jacqueline Riquier, une autre « ViViste » tirée au sort, l’interrompt : « Félicitations ! » « Félicitations à toi aussi ! » lui répond l’artiste.

Laurence Doniguian, 48 ans, fait également partie des dix-huit candidats. « Je ne m’y attendais pas du tout. Mais ce sera bien de participer à ça, réagit la Gilet jaune, street médic et assistante de vie scolaire (AVS). Ça fait quatorze mois que je me bats contre ce gouvernement. Participer sur une liste pour les municipales est un plus ! »

Tous légitimes ?

Le choix de laisser le hasard décider a fait débat au sein de ViVA !. « Certains étaient plus légitimes politiquement mais il leur a été dit non pour respecter les règles du tirage au sort », précise Jean-Loup Manassero.

« Certains postulants ont seulement été rencontrés lors de nos assemblées populaires. On les connaît très peu, mais c’est ça aussi le tirage au sort, c’est la prise de risque », indique-t-on en interne.

Et maintenant…

Au-delà des premières interrogations sur ce qu’ils doivent désormais faire, les « élus »… du destin seront amenés progressivement à se projeter plus loin. « Est-ce que mon objectif maintenant est d’être au conseil municipal ? Clairement, non, lance Jean-Loup Manassero. Mais si c’est le cas, je ferai de mon mieux, donc bien. Un peu, comme quand on est sélectionné pour un jury d’assises. »

Samedi, tous les colistiers se rassembleront sur les marches du port Lympia, avant de présenter le volet « Démocratie et vivre-ensemble » de leur programme.