Municipales 2020 à Montpellier : Les propositions des candidats pour rebooster le commerce en centre-ville

POLITIQUE Des animations, des parkings gratuits, un service de livraison... Les candidats ne manquent pas d'imagination pour tenter d'aider le commerce dans l'Ecusson

Nicolas Bonzom

— 

Dans le centre-ville de Montpellier (illustration)
Dans le centre-ville de Montpellier (illustration) — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Les municipales se tiennent les 15 et 22 mars 2020. Chaque lundi, « 20 Minutes » abordera un thème de la campagne. Aujourd’hui, le commerce dans le centre-ville.
  • Confronté à des problèmes d’accessibilité, aux manifestations et à la concurrence des zones périphériques, le commerce souffre dans le centre-ville de Montpellier.
  • Les candidats ont des tas d’idées pour aider les commerçants : des parkings gratuits, un service de livraison ou de véhicules électriques, une coopérative, etc.

Manifestations, concurrence des zones périphériques, accessibilité… A Montpellier, dans l’Hérault, le commerce du centre-ville souffre. A cinq semaines des municipales, quelles sont les idées des candidats pour dynamiser l’Ecusson ? 

Les « Printanières » et les « Automnales »

Si tous les candidats sont d’accord pour dire qu’il faut mettre le holà sur la création de zones commerciales en périphérie, leurs propositions ne s’arrêtent pas là. Pour faire revenir le chaland en centre-ville, par exemple, Rémi Gaillard (sans étiquette) propose de ne pas s’arrêter aux seules Estivales et aux Hivernales, qui font le plein chaque année sur l’esplanade Charles-de-Gaulle. Il promet de créer les Printanières et les Automnales, des « rendez-vous éco-citoyens les vendredis soir d’avril et d’octobre pour manger local et de saison » avec des animations, des ateliers, des jeux et des spectacles.

Mohed Altrad propose, lui, d’œuvrer à « un meilleur accès aux parkings ». « La tarification du stationnement fera l’objet d’une étude pour rendre plus attractif le centre-ville », indique le patron du MHR. Il propose également que la mission Grand Coeur, un dispositif de la commune chargé de revitaliser le centre-ville, soit étendue au quartier de la gare Saint-Roch, et promet « une diversité commerciale dans les quartiers ».

La gratuité des transports le week-end

Clothilde Ollier (dissidente EELV) et Coralie Mantion (EELV) partagent la même mesure : elles promettent d’expérimenter « la gratuité des transports le week-end » pour faciliter l’accès à l’Ecusson. Clothilde Ollier souhaite aussi rénover certaines artères commerçantes, comme la rue Saint-Guilhem. Coralie Mantion, aussi. « Les grands axes ont été refaits, la rue Jean-Moulin ou le Faubourg du Courreau, mais il y a des tas d’autres ruelles qui méritent d’être rajeunies », confie la candidate d’EELV.

Pour attirer les clients, Olaf Rokvam (RN) propose d’instaurer, dans tous les parkings du centre-ville de Montpellier, « les deux premières heures gratuites », « comme à Odysseum », explique le candidat. Kamy Nazarian (UPR) a la même idée. Le jeune candidat souhaite également mettre en place des animations dans le centre-ville, comme des « concerts gratuits en centre-ville », pour attirer à nouveau les clients.

Un tunnel connecté aux parkings

Alex Larue (LR) a lui aussi choisi d’utiliser les parkings comme un levier pour aider les commerces de l’Ecusson. Il propose que son nouveau tunnel, qui traversera Montpellier, soit « connecté à tous les parkings », pour « rendre l’accès plus facile, notamment pour les habitants de Saint-Clément-de-Rivière ou Montferrier qui ne viennent plus en ville. » Il manque aussi, dit-il, un parking aux Arceaux. Le candidat propose aussi de créer un service de livraison à domicile pour les commerçants, « en réponse à Amazon ».

Jean-Louis Roumégas (dissident EELV) propose un service de « petits véhicules électriques » accessibles aux habitants, qui permettraient la desserte des commerces du centre-ville. L’ancien député souhaite aussi, pour attirer le chaland, repenser la mise en valeur du patrimoine de l’Ecusson. De son côté, Patrick Vignal (LREM) a promis d’offrir un lifting au dallage de certaines zones, et souhaite harmoniser le mobilier urbain et donner un coup de fouet aux terrasses de la Comédie. Le député a également dans les cartons la création d’une « déambulation douce » de l’ancienne mairie jusqu’au Lez, et une réfection en profondeur de l’axe qui va du Peyrou à la gare.

Une coopérative pour le commerce indépendant

A travers sa proposition de rendre gratuits, tout le temps, les bus et le tramway, Michaël Delafosse (PS), voit aussi une façon de « dynamiser notre centre-ville ». Partisan d’une « ville des proximités », il promet de « financer des projets d’urbanisme et de voirie qui mettent en valeur le commerce du centre-ville ». Il propose aussi de revoir la Zac Saint-Roch, pour y mettre plus de bureaux, pour que la présence de nouveaux cadres et salariés bénéficie aux commerçants, et faire de la Zac Pagézy une « priorité ».

Enfin, la liste Nous sommes, portée par Alenka Doulain (Nous sommes), propose de « créer une coopérative, pour développer le commerce indépendant ». Un dispositif qui permettrait notamment de « lutter contre la vacance commerciale dans le centre-ville ». Au-delà de l’Ecusson, Nous sommes souhaite « développer le commerce dans tous les quartiers », notamment là où il est en « déshérence », comme Lemasson ou Tastavin.