Municipales 2020 à Issy : André Santini vise un 8e mandat, l’opposition veut « un nouveau souffle »

POLITIQUE André Santini s’est emparé de la ville d’Issy-les-Moulineaux en 1980 et ne semble pas vouloir lâcher le pouvoir

Romain Lescurieux

— 

André Santini, député-maire UDI d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) est le fondateur du Club des parlementaires amateurs de havane.
André Santini, député-maire UDI d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) est le fondateur du Club des parlementaires amateurs de havane. — HAMPARTZOUMIAN/NECO/SIPA
  • La liste d’André Santini rassemble des élus UDI et Les Républicains et est soutenue par LREM.
  • Face à lui, Damien Baldin, candidat à la tête de la liste « Issy s’engage » soutenue par le PS et le collectif Ecolo et Social – Issy-les-Moulineaux (EELV, LFI, Génération. s) qui veulent mettre fin à 40 années de gestion de la ville par Santini.

On avait quitté Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) en mars 2019. Ce jour là, sur le marché, les habitants évoquaient leurs attentes et les sujets « majeurs » pour les municipales de 2020 à venir : les transports, le logement ou encore les espaces verts. Mais un nom était aussi sur toutes les lèvres :  André Santini, le maire (UDI) qui s’est emparé de la ville en 1980.

« Il va peut-être arrêter mais il faut que quelqu’un continue son boulot », jugeait alors Patrick, 62 ans, habitant de la commune depuis quarante ans. « Il est temps qu’il prenne sa retraite », abondait Claude, installé dans la ville depuis douze ans. Si l’an dernier, à cette époque, la question de sa candidature était en encore suspens, depuis le 17 janvier 2020 c’est officiel, André Santini 79 ans est candidat pour un… huitième mandat. Et sera à « la tête d’une liste de large rassemblement et citoyenne baptisée Issy, Ensemble ! », note son équipe de campagne. « C’est vrai que je pourrais me reposer mais les gens me disent : “Qu’est-ce que vous ferez ? Vous allez mourir !”. Ma candidature, c’est une mesure anti-funérailles », déclarait récemment André Santini au Parisien. Lui, qui semble vouloir faire de son bilan sa plus grande promesse.

« Préserver le modèle isséen »

André Santini accueille « cette année des colistiers issus de tous horizons » sur sa liste soutenue par LREM et rassemblant aussi des élus de l’UDI et des Républicains. « C’est ensemble que nous réussirons le mieux à poursuivre le travail accompli pour faire d’Issy-les-Moulineaux l’une des villes les plus sûres, les plus agréables, attractives et innovantes d’Ile-de-France ». « André Santini ambitionne de préserver “le modèle isséen” mais aussi et surtout d’anticiper l’avenir et d’encourager les innovations », rapporte son équipe de campagne.

Pour Philippe Knusmann, adjoint au maire d’Issy, chargé des questions d’urbanisme et directeur de campagne, l’idée de cette candidature est en effet de miser sur « la poursuite et la livraison des projets en cours ». « Il y a une nécessaire continuité pour faire aboutir les projets déjà démarrés. Comme la ligne 15 du Grand Paris Express ou la prolongation de la ligne 12 », explique-t-il à 20 Minutes. Et de préciser : « Il y aura aussi des projets de requalification du quartier Saint-Lucie ou encore de végétalisation. Tout cela se fera en concertation avec les habitants », promet-il. Mais alors, qui tente de challenger André Santini et avec quelles priorités ?

« Une ville très belle sur papier glacé »

Damien Baldin, 40 ans, est candidat aux municipales à la tête de la liste appelée « Issy s’engage » (soutenue par le PS et le PRG). « Nous avons décidé de faire de la politique autrement en mobilisant des femmes et des hommes non encartés et de parler des enjeux de demain », affirme-t-il à 20 Minutes. Pour lui, il y aura deux axes majeurs dans cette campagne : l’écologie et la jeunesse, « des défis qui n’ont pas été relevés depuis 40 ans ». « Cette ville a besoin d’un nouveau souffle. Elle a pris du retard, il faut une dynamique. Tout en respectant ce qui a été fait dans le passé. Il y a eu un sens de l’innovation à Issy, de l’avance sur son temps, mais ça s’est perdu », juge-t-il. Selon lui, la ville doit mieux se préparer à la transition écologique, valoriser les mobilités douces et favoriser l’économie locale.

Du côté du collectif Ecolo et Social – Issy-les-Moulineaux (EELV, LFI, Génération.s), on veut aussi « réunir des gens qui ont envie d’autre chose pour Issy », estime auprès de 20 Minutes Laurent Pieuchot, la tête de liste. « C’est une ville qui est très belle sur papier glacé. Mais il n’y a pas de politique d’ensemble », note celui qui veut aussi axer cette campagne sur l’écologie, la jeunesse et la démocratie locale. « Certaines actions menées à Issy sont un peu élitistes et rendent invisible une partie de la population. Par ailleurs, nous souhaitons plus de transparence. Aujourd’hui, nous sommes face à un dispositif qui a 40 ans et nous n’avons pas toujours toutes les billes », déplore-t-il.

« Il y a eu de très bonnes choses car Monsieur Santini a aussi profité d'une bonne conjucture économique. Désormais, il faudra aussi s'habituer à faire aussi bien mais avec moins », explique à 20 Minutes Martine Vessière, tête de liste de « Vivre Issy Pleinement ». Au programme de cette liste « citoyenne »: Amélioration du cadre de vie, développement des mobilités douces, végétalisation des places, mise en place d'un audit sur la sécurité et d'un plan pour les finances de la ville.