Municipales 2020 à Nice : Le candidat Debout la France rejoint l’ancien premier adjoint d’Estrosi

FUSION Adoubé par le parti de Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Marc Chipot se rallie à la liste divers droite de Benoît Kandel

Fabien Binacchi
— 
Benoît Kandel, membre du CNIP, peut désormais compter sur le soutien du candidat de Debout la France
Benoît Kandel, membre du CNIP, peut désormais compter sur le soutien du candidat de Debout la France — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Le candidat soutenu par Debout la France annonce qu’il ne présentera finalement pas de liste à Nice. Jean-Marc Chipot rejoint celle de Benoît Kandel (CNIP) en troisième position.
  • Les deux hommes sont arrivés à la conclusion que les propositions de leurs programmes respectifs « étaient assez proches ».

Les cartes continuent à se redistribuer à Nice​. Après la défection la semaine dernière de Joëlle Martinaux et Cédric Roussel, tous les deux prétendants à l’investiture LREM, une nouvelle liste potentielle disparaît. Jean-Marc Chipot va se ranger derrière la candidature divers droite de Benoît Kandel. Il sera le troisième nom sur sa liste, ont-il annoncé mardi.

Les deux hommes, investi par Debout la France pour le premier et par le CNIP pour le second, sont arrivés à la conclusion que les propositions de leurs programmes respectifs « étaient assez proches ».

Fiscalité et Acropolis

« Notamment sur les questions de fiscalité, sur la redynamisation du centre-ville ou encore sur la nécessité de recentrer la police municipale sur ses missions principales, nous sommes en phase », précise Jean-Marc Chipot à 20 Minutes.

« Nous sommes aussi d’accord sur un fait : il ne faut pas exploser le palais Acropolis et le TNN pour ne pas encore ramener des norias de camions dans le centre-ville », dit-il raillant l’une des propositions du candidat-maire Christian Estrosi.

« L’union fait la force »

« La situation est grave et elle justifie qu’on se rassemble, tance l’ancien premier adjoint du sortant Benoît Kandel. Ce qui compte, c’est qu’au final on puisse l’emporter et nous avons considéré que l’union faisait la force. »

Il reste donc sept listes dans les startings blocs, avec Viva !, Nice au cœur (PS-UDE), Nice écologique, Retrouver Nice (RN) et l’UPR, pour le scrutin de mars prochain. Une huitième, portée par le Parti animaliste, doit être officialisée vendredi.