Municipales 2020 à Nice: Le président d'Anticor démissionne pour pouvoir rejoindre la liste écolo

POLITIQUE Il avait pris la présidence de l'association de lutte contre la corruption en 2015

Fabien Binacchi

— 

Il sera cinquième sur la liste
Il sera cinquième sur la liste — Nice écologique

« J’ai clarifié les choses. J’ai repris ma liberté », explique-t-il à 20 Minutes. Jean-Christophe Picard a annoncé ce mardi avoir démissionné de la présidence d’Anticor pour pouvoir rejoindre  Nice écologique dans la campagne pour les élections municipales. Il occupera la cinquième place de cette liste conduite par Jean-Marc Governatori et Juliette Chesnel-Le Roux.

L'association de lutte contre la corruption,​ dont il avait pris la présidence en avril 2015, « est très solide », avance Jean-Christophe Picard, et « je peux sans problème moins m’impliquer », dit-il.

Les mêmes préoccupations que les écologistes

L'agent territorial niçois, ancien président du PRG local, a choisi de rejoindre la liste Nice Ecologique (AEI – EELV) « parce que les écologistes ont toujours eu les mêmes préoccupations que les militants anticorruption », selon lui. Jean-Marc Governatori et Juliette Chesnel-Le Roux ont d’ailleurs profité de cette annonce pour dévoiler une « charte Éthique », qu’ils s’engagent à respecter.

Le texte contient les 30 mesures prônées par l’association Anticor et « dépasse les différentes obligations en la matière, la charte de l’élu local, les préconisations de la Haute Autorité pour la transparence de la vie politique [HATVP], les recommandations de l’Agence française anticorruption [AFA], le premier plan national pluriannuel de lutte contre la corruption », détaille la liste Nice écologique.

Dans le détail, le recrutement d’agents publics sera notamment fait après appel à candidatures et plus sur « dossier ». La charte prévoit aussi que « le maire retire définitivement les délégations à tout adjoint condamné pour atteinte à la probité ».