Municipales 2020 à Tourcoing : Une liste demande l’instauration du « versement à la source » des prestations sociales

POLITIQUE Pour les municipales à Tourcoing, une liste propose à Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics et candidat à la mairie, de mettre en place le « versement à la source » des aides sociales, à l’instar du prélèvement à la source des impôts

Gilles Durand

— 

Illustration du prélèvement à la source.
Illustration du prélèvement à la source. — Gile Michel / SIPA
  • L’objectif de la liste Ambition commune est de mettre fin aux non-recours des prestations sociales pour des personnes qui sont dans la précarité.
  • Un député a l’intention de porter le débat à l’Assemblée nationale sur le « versement à la source » des aides sociales.
  • La Prix Nobel d’économie 2019 estime que « plus on aide les gens, plus ils sont aptes à sortir de la pauvreté ».

« Si le gouvernement est capable de faire des prélèvements à la source pour les impôts, il doit pouvoir, de la même manière, verser à la source les prestations sociales ». A Tourcoing, dans le Nord, la liste citoyenne baptisée Ambition commune a sans doute lancé la proposition la plus ambitieuse de ces municipales 2020 avec l’idée du « versement à la source [VAS] ».

Certes, cette proposition dépasse de très loin les compétences d’une municipalité, mais elle s’inscrit dans un contexte bien particulier puisqu’un des candidats à la mairie de Tourcoing, n’est autre que Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics.

Intelligence artificielle et croisements de fichiers

« C’est, bien entendu, le ministre que nous sollicitons avec cette proposition soutenue également par l’écologiste Marie-Pierre Bresson et le communiste Michel Veniat », explique Franck Talpaert, tête de liste d’Ambition commune. Cet ancien conseiller municipal, naguère proche du PS, a lancé un appel collectif, fin janvier, pour que cette idée de VAS voie le jour.

« Grâce à l’intelligence artificielle et les croisements de fichiers, l’Etat a prouvé qu’il était capable de faire le prélèvement à la source, note Ambition commune, dans un communiqué. Nous en déduisons, au vu de ses spectaculaires capacités, que l’algorithme du ministère est capable de faire le VAS de toutes les aides sociales, du RSA à la prime d’activité en passant par le minimum vieillesse. »

Car pour Franck Talpaert, « ce sont 10 milliards d’euros de non-recours qui sont cumulés chaque année à cause des démarches qui sont très compliquées. Ça aggrave la vie de 9 millions de Français en précarité ». Et le territoire de Tourcoing est particulièrement touché par cette précarité. Selon le Secours catholique, les aides sont, en effet, de moins en moins demandées. Un phénomène confirmé par l'Observatoire des non-recours aux droits et services.

Débat à l’Assemblée nationale ?

« Il est amusant de voir que, désormais, tout le monde prend le prélèvement à la source en exemple alors que nous étions peu à croire en sa réussite, il y a un peu plus d’un an., se contente de répondre l’entourage de Gérald Darmanin, contacté par 20 Minutes. Toutefois, ce sujet émanant de candidats aux élections municipales mais n’ayant aucun lien avec les élections locales, pas de commentaire à faire ».

Le ministre-candidat risque d’être, néanmoins, confronté à ce sujet au niveau national. Interrogé par 20 Minutes, le député (UDE) François-Michel Lambert reconnaît son intention de porter le débat à l’Assemblée nationale : « Nous allons voir avec d’autres députés et la Fondation Abbé-Pierre comment le VAS peut se mettre en œuvre avant 2022 ». Comme le récent congé de deuil qui a suscité tant de polémiques, le VAS pourrait donc devenir une proposition de loi.

« L’Etat ne fait pas d’effort sur le sujet »

Car, selon ce député écologiste des Bouches-du-Rhône, « les citoyens les plus pauvres n’ont pas la possibilité, comme les grandes entreprises, de se payer des cabinets et des services pour faire de l’optimisation fiscale. Cette situation est totalement injuste et l’Etat ne fait pas d’effort sur le sujet. »

La Prix Nobel d’Economie 2019, Esther Duflo, pourra également apporter sa contribution aux débats. « Contrairement aux idées reçues, explique-t-elle dans Le Monde, les expériences montrent que plus on aide les gens, plus ils sont aptes à sortir de la trappe à pauvreté dans laquelle ils étaient enfermés. »