Municipales 2020 à Nantes : Que proposent les candidats pour protéger la planète au quotidien ?

PROGRAMMES (4/10) « 20 Minutes » aborde, chaque semaine, un thème de la campagne des municipales à Nantes. Aujourd’hui, l’environnement

Julie Urbach

— 

Le square Daviais à Nantes
Le square Daviais à Nantes — S. Salom Gomis/ SIPA
  • L'écologie figure dans tous les programmes des candidats à la mairie de Nantes.
  • Végétalisation, agriculture urbaine, dispositifs pour faire changer les pratiques... Tour d'horizon des propositions.

EDIT >> A l'occasion du premier tour des élections municipales, nous vous proposons de redécouvrir cet article du 25 février consacré aux propositions des candidats en matière d'environnement

A droite comme à gauche, personne ne peut éluder la question, tant elle est devenue une préoccupation majeure des habitants. A Nantes, l’écologie fait même partie des thèmes les plus discutés dans la campagne des municipales, avec beaucoup de promesses liées au développement de la pratique du vélo. Plus que d’apporter de nouvelles touches de vert par-ci par-là, les candidats veulent prendre à bras-le-corps la question de l’environnement, à l’heure du réchauffement climatique et de l’épuisement des ressources naturelles. Petit tour d’horizon, non exhaustif, de leurs propositions.

Comment végétaliser la ville ?

Alors que la maire sortante Johanna Rolland (PS) avait fait de la « nature en ville » l’une des priorités pour ce mandat, la plupart des candidats veulent aller bien plus loin. Laurence Garnier (Les Républicains), propose par exemple la plantation de 110.000 arbres en dix ans et la création d’un nouveau parc, le « Procé du XXIe siècle », sur l’île de Nantes. Valérie Oppelt (LREM), elle, imagine l’apparition de « mini-forêts dans les 11 quartiers », et annonce qu’elle « préservera le poumon vert qu’est le square Daviais ».

La candidate EELV Julie Laernoës frappe fort avec de nombreuses propositions, allant de la « débitumisation de certaines rues et cours d’école », à « la sanctuarisation des arbres anciens », en passant par « l’objectif de zéro artificialisation ». La maire de Nantes, Johanna Rolland, s’engage à la création de 150 îlots de fraîcheur, notamment dans les Ehpad et les crèches. Plus original, Hugo Sonnier (UPR) propose de supprimer l’ensemble des panneaux publicitaires pour les remplacer par des arbres.

L’agriculture urbaine pour mieux manger

Si plusieurs candidats souhaitent développer les jardins familiaux, les engagements vont plus loin en matière d’alimentation. Prônant une écologie populaire, Margot Medkour (Nantes en commun), imagine la création d’une « régie alimentaire » qui préempterait et achèterait des terrains agricoles, afin de tendre vers « l’autonomie alimentaire » et la formation de groupements d’achats solidaires sur le territoire nantais. Johanna Rolland annonce la multiplication d’espaces comestibles en ville (petits potagers) et le soutien aux AMAP, si elle retrouve son fauteuil.

Quel que soit le candidat élu, ça devrait aussi changer dans les cantines scolaires puisque la majorité des prétendants à la mairie s’engagent sur une montée en puissance du bio, et des repas végétariens : une fois par semaine pour LREM, une option sans viande systématiquement proposée, pour EELV et le PS.

Des outils pour faire évoluer ses pratiques

Alors que de plus en plus de familles se lancent dans le compostage, Julie Laernoës souhaite mettre en place une collecte des déchets organiques à domicile. Eleonore Revel, tête de liste du Rassemblement national, propose que chacun des grands parcs de la ville soit doté d’un composteur, animé et réutilisé par le service des espaces verts. Le sujet des déchetteries est aussi fréquemment abordé dans les programmes.

Pour faire évoluer les comportements, Valérie Oppelt propose « un compte carbone » pour que « chaque habitant mesure ses efforts et soit récompensé pour un comportement vertueux. » Margot Medkour veut la création d’une coopérative de l’énergie locale et renouvelable, créée avec les habitants. Laurence Garnier souhaite que l’événement culturel rezéen Transfert devienne un forum autour des bonnes pratiques appelé Transvert.