Municipales 2020 à Bordeaux : Bayrou tire la sonnette d’alarme à propos de la division entre MoDem et LREM

TENSION A ce jour, le MoDem est sur la liste du maire sortant Nicolas Florian, LREM part en autonome avec à sa tête Thomas Cazenave

R. G.-V. avec AFP

— 

Emmanuel Macron et François Bayou récemment à Pau.
Emmanuel Macron et François Bayou récemment à Pau. — Thibaud Moritz-POOL/SIPA

Le patron du MoDem François Bayrou a estimé vendredi que la situation était « dangereuse » à Bordeaux pour les municipales, en raison de la situation de cavalier seul de LREM face au maire sortant allié au MoDem. « Je ferai tout ce que je peux pour que la liste conduite par mes amis (le maire sortant Nicolas Florian et son premier adjoint MoDem Fabien Robert) soit soutenue le plus largement possible », dès le premier tour, a ajouté François Bayrou devant la presse.

Le parti présidentiel a mis des bâtons dans les roues du maire sortant « Macron-compatible » et du MoDem, qui reste son allié localement, avec l’investiture à Bordeaux du marcheur Thomas Cazenave. Evoquant également la situation dans la ville voisine de Biarritz, où se profilait une guerre fratricide, François Bayrou a regretté « une situation totalement baroque qui a entraîné la division de l’électorat majoritaire dans la ville », en écho aux propos du Premier ministre Edouard Philippe.

Le précédent de Biarritz

Thomas Cazenave, la tête de liste macroniste, a déjà dit qu’il ne chercherait pas d’alliance avec aucune liste au second tour. Surtout, les sondages déjà rélisés dans la ville montrent que la liste du maire sortant est talonnée par l’union EELV-PS-PCF. Un second tour est donc à envisager dans une ville qui n’en a plus connu depuis la guerre.

« Tout cela ayant été raisonnablement réglé (par le président Macron), je souhaite que tous ces courants d’opinion se réunissent », a ajouté François Bayrou. A Biarritz, le maire sortant MoDem Michel Veunac, candidat à sa succession avec le marcheur secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne dans sa liste, a pu croire un moment devoir affronter le ministre de l’Agriculture LREM Didier Guillaume.

Les deux membres du gouvernement ont retiré leur candidature, à la demande du président.