Municipales 2020 à Marseille : Proche d’Emmanuel Macron, Jean-Philippe Agresti rejoint Martine Vassal (LR) pour les municipales

MUNICIPALES A MARSEILLE Proche d’Emmanuel Macron et un temps candidat à l’investiture de LREM pour les municipales à Marseille, Jean-Philippe Agresti rejoint finalement Martine Vassal (LR)

Adrien Max

— 

Jean-Philippe Agresti a décidé de rejoindre Martine Vassal pour les municipales à Marseille.
Jean-Philippe Agresti a décidé de rejoindre Martine Vassal pour les municipales à Marseille. — Adrien Max / 20 Minutes
  • Jean-Philippe Agresti, proche d’Emmanuel Macron, a décidé de rejoindre Marine Vassal, la candidate LR pour les municipales à Marseille.
  • Jean-Philippe Agresti motive son choix par une possible alliance entre LREM et le Printemps marseillais qu’il considère comme « l’extrême gauche ».
  • Jean-Philippe Agresti était candidat à l’investiture de LREM pour les municipales, finalement remportée par Yvon Berland.

Il a enfin pris sa décision. Jean-Philippe Agresti, proche d’Emmanuel Macron et un temps candidat à l’investiture de la République en Marche pour les élections municipales à Marseille, a annoncé ce jeudi matin son choix de rejoindre Martine Vassal, la candidate des Républicains. Son choix se base sur les récents sondages qui montrent « le risque d’une ultra-gauche et du Rassemblement national, dans lesquels nous ne nous reconnaissons pas ».

« Mon groupe soutient la politique nationale de LREM, mais au niveau local le parti n’est pas clair. Nous assistons à une certaine forme de schizophrénie. En ce qui concerne le RN, c’est fixé, en revanche la position de LREM n’est pas claire avec le Printemps marseillais », que Jean-Philippe Agresti considère donc comme l’ultra gauche. Un terme récemment utilisé par… Martine Vassal pour qualifier cette alliance de partis de gauches, du PS au PCF en passant par LFI, et de mouvements citoyens.

Cinq axes de travail

« La seule personne en capacité de rassembler c’est Marine Vassal », considère-t-il. « En plus des discussions avec elle, des signaux ont été envoyés comme la nomination de Daniel Nahon pour l’écologie ou la candidature de Moussa Maaskri dans les 15e et 16e arrondissements, pour la culture », se satisfait-il.

Jean-Philippe Agresti et son équipe composée « d’une cinquantaine de personnes », souhaitent apporter leurs compétences « là où elles seront efficaces », autour de cinq axes : « La métropole, l’insécurité et la tolérance zéro à l’égard des incivilités, l’écologie sociale, le travail périscolaire autour de la culture et du sport et une gouvernance exemplaire », a-t-il détaillé.

« Risque de se déchirer les adducteurs »

Il explique avoir beaucoup parlé avec Yvon Berland, le candidat de LREM, « il n’est pas en cause. Mais puisque l’alliance entre le Printemps marseillais et LREM n’est pas écartée, notamment dans le 13-14, je ne veux pas d’un grand écart avec le risque de se déchirer les adducteurs ».

Quant à l’héritage de Jean-Claude Gaudin, le maire sortant, pour Martine Vassal, sa candidate ? « Marseille ne s’hérite pas, elle se construit », balaye-t-il. Les discussions sont toujours en cours mais Jean-Philippe Agresti pourrait être candidat dans les 4e et 5e arrondissements, le secteur de Bruno Gilles qui a quitté Les Républicains après avoir manqué l’investiture de son parti.