Municipales 2020 à Paris : La France insoumise présente ses 17 binômes têtes de listes

POLITIQUE La tête de liste de la France insoumise espère créer la surprise à Paris

V. R. B. avec AFP

— 

Danielle Simonnet et l'ex-footballeur Vikash Dhorasoo le 8 décembre, à Mantes la Jolie.
Danielle Simonnet et l'ex-footballeur Vikash Dhorasoo le 8 décembre, à Mantes la Jolie. — ISA HARSIN/SIPA

La campagne est relancée. La conseillère France insoumise de Paris et candidate à l’Hôtel de ville Danielle Simonnet a présenté ce samedi ses 17 « binômes têtes de listes » de sa liste citoyenne « Décidons Paris » pour les municipales de mars.

Outre l’ex-footballeur Vikash Dhorasoo (18e arrondissement), on retrouve comme têtes d’affiche Lamya Essemlali (14e), présidente de Sea Shepherd France et vice-présidente du parti antispéciste REV, Frédéric Vial (15e), membre du collectif Non aux JO 2024 à Paris, ou encore Natalia Rebollo Quero (8e), militante du parti espagnol de gauche radicale Podemos.

« Nos têtes de listes sont à la majorité des femmes » et « s’engagent pour remettre la démocratie et l’auto-organisation au cœur de l’organisation politique et au service de la lutte face à l’urgence sociale et climatique », indique dans un communiqué la liste de Danielle Simonnet, créditée de 5 % des voix selon un récent sondage pour le JDD.

Les grandes lignes du programme dévoilées

« Décidons Paris » prône le « refus de la police municipale », milite pour « la baisse des loyers », « la réquisition des logements vides », « l’extension des espaces verts en pleine terre » et « un autre rapport au vivant clairement attaché à la défense de la condition animale et la remunicipalisation des services publics ».

Opposée à la tenue des Jeux olympiques de 2024 à Paris, la liste « Décidons Paris » avait reçu début janvier le soutien de Révolution écologique pour le vivant, parti écologiste et antispéciste fondé par le journaliste et essayiste Aymeric Caron.

Mais, elle a subi jeudi le départ de la Gauche républicaine et socialiste, des Radicaux de gauche et du MRC qui reprochent à Danielle Simonnet de « mettre dans le même sac » la maire PS sortante Anne Hidalgo, la droite et les candidats macronistes.