Municipales 2020 à Marseille : Des parents d’élèves interpellent les candidats sur l’état des écoles

ENSEIGNEMENT Le collectif des écoles de Marseille a réalisé une étude sur l’état de délabrement des écoles et présente une série de propositions à destination des candidats aux municipales

Mathilde Ceilles

— 

L'état des écoles marseillaises sera un des enjeux des prochaines municipales
L'état des écoles marseillaises sera un des enjeux des prochaines municipales — Patrice Magnien / 20 Minutes
  • Les membres du collectif des écoles de Marseille (qui fait partie des signataires du Pacte démocratique, mouvement citoyen de gauche) ont présenté à la presse leurs études sur l’état des établissements, ainsi qu’une série de propositions qu’ils demandent à voir adopter d’urgence par le futur maire de la ville
  • Les parents d’élèves, qui ont majoritairement participé à cette étude, dresse un constat accablant.
  • Plus d’un signalement sur deux rapporte le mauvais état des bâtiments scolaires, source d’inquiétude au quotidien selon ce collectif.

C’est un cri de colère à destination des candidats aux municipales pour la mairie de Marseille. Ce mercredi, les membres du collectif des écoles de Marseille ont présenté à la presse leurs études sur l’état des établissements de la deuxième ville de France, ainsi qu’une série de propositions qu’ils demandent à voir adopter d’urgence par le futur maire de la ville.

Pendant un an, les membres de ce collectif, qui se revendique « militant » et qui fait partie des signataires du Pacte démocratique, mouvement citoyen de gauche qui entend peser sur le prochain scrutin, a interrogé, via un questionnaire en ligne, des parents d’élèves et directeurs d’écoles publiques marseillaises sur l’état du bâti, les moyens matériels et les moyens humains.

Un manque de personnel municipal

Sur les 184 réponses obtenues, qui correspondent à 118 écoles, soit un quart des écoles marseillaises, les parents d’élèves, qui ont majoritairement participé à cette étude, dresse un constat accablant. Selon cette étude, 82.2 % des signalements se plaignent d’un manque de personnel municipal au sein des écoles. Une « insuffisance de personnel municipal, et donc dans le taux d’encadrement » qui aboutirait à une mise en danger des enfants selon eux.

Plus d’un signalement sur deux rapporte le mauvais état des bâtiments scolaires, source d’inquiétude au quotidien selon ce collectif. « Il est inadmissible d’avoir des enfants qui vont à l’école en se demandant si le faux plafond ne va pas leur tomber sur la tête », tance Nicolas Steinfels, un parent d’élève et membre du collectif, évoquant 10 cas d’effondrement relevés dans l’enquête.

Une série de propositions

Pas moins de 35,6 % des réponses font état de sanitaires défectueux dans leurs écoles. « C’est loin d’être anecdotique, rappelle Nicolas Stenfels. On a des enfants qui font des cystites car les toilettes sont hors d’usage. »

Face à ce constat, le collectif a élaboré une série de propositions que doivent selon eux s’approprier les candidats aux municipales, déclinés en neuf thèmes, de la gestion du personnel à l’entretien des écoles en passant par les activités périscolaires.

« Le minimum exigible »

Ce programme demande ainsi la scolarisation de tous les enfants, y compris issus de familles sans papiers, le non-dépassement du minimum légal dans les subventions accordées aux écoles privées, ou encore la lutte contre les pollutions. Autant de demandes qui représentent « le minimum exigible », selon le collectif.

« Tous ceux qui ne l’appliqueront pas sous le prétexte, que nous considérons comme fallacieux, du manque d’argent, ne seront pas porteurs d’un programme de rupture, estime Cécile Baron, autre membre du collectif. Nous serons là pour le porter, avant comme après l’élection. » La ville de Marseille a consacré pour rappel 224 millions d’euros à l’action éducative en 2019.