Municipales 2020 à Nice : Christian Estrosi officialise sur les réseaux sociaux sa candidature pour un troisième mandat

ELECTIONS Elu en 2008 et réélu en 2014, Christian Estrosi, maire LR sortant, a déjà sept listes face à lui

Fabien Binacchi

— 

Christian Estrosi au carnaval de Nice, le 16 février 2019.
Christian Estrosi au carnaval de Nice, le 16 février 2019. — Frederic DIDES/SIPA/SIPA

Elle ne faisait pas vraiment de doute mais elle était tout de même très attendue. La confirmation d’une nouvelle candidature de Christian Estrosi (LR) à la mairie de Nice est arrivée ce dimanche à la mi-journée sur Twitter, Facebook, Instagram et Youtube. Dans un clip vidéo diffusé à partir de 12h15, le sortant annonce repartir en campagne pour un troisième mandat.

« J’ai vu la ville se transformer », « que des belles choses à Nice »… Après une série de témoignages dithyrambiques, Christian Estrosi apparaît à l’image et annonce : « Vous êtes vraiment l’essentiel de ce qui a guidé mon action pour Nice alors je vous propose de continuer ensemble ». « Je serai candidat à l’élection municipale de Nice des 15 et 22 mars prochains », précise-t-il sur le post. Sa première réunion publique est programmée le 19 janvier au palais Acropolis.

Des représentants LREM sur sa liste

Avant même de se déclarer officiellement candidat, le maire de Nice avait obtenu, en novembre, le soutien des Républicains et des centristes. Il avait également annoncé que sa liste comporterait « des représentants d’En Marche, des représentants des Républicains, des représentants du MoDem, des représentants de l’UDI et beaucoup de représentants de la société civile ».

Face à lui, sept candidatures ont déjà été officialisées. Cédric Roussel (qui brigue l’investiture LREM), Philippe Vardon (RN), Jean-Marc Chipot (Debout la France), Patrick Allemand (PS), Jean-Marc Governatori (AEI-EELV), Benoît Kandel (DVD) et Mireille Damiano (Viva !) sont également officiellement en course. Eric Ciotti, qui laissait entendre qu’il pourrait se présenter, avait finalement jeté l'éponge.

Elu à Nice en 2008, et réélu en 2014, Christian Estrosi, frappé par la loi sur le non-cumul des mandats après son élection à la région avait dû laisser de côté son siège de maire, confié à son premier adjoint Philippe Pradal, du 13 juin 2016 au 15 mai 2017.