Municipales 2020 à Paris : Rachida Dati tape du poing contre les instances d’investiture de LR

ELECTIONS La candidate LR à Paris n’a pas vraiment apprécié de ne pas avoir été consultée sur le choix du candidat dans le XVIIe arrondissement

20 Minutes avec AFP

— 

Rachida Dati, le 29 octobre 2019 à Paris.
Rachida Dati, le 29 octobre 2019 à Paris. — HAMILTON-POOL/SIPA

Rachida Dati pousse un coup de gueule. La candidate des Républicains pour les municipales à Paris s’est emportée, ce mercredi contre les instances du parti qui ont décidé d’une investiture d’arrondissement en son absence.

« Le choix de la CNI de statuer en mon absence est une décision claire et lourde de sens », a assuré Rachida Dati dans un communiqué posté sur Twitter, après une réunion de la commission nationale d’investiture dans la matinée qui a apporté son soutien à Geoffroy Boulard dans le XVIIe arrondissement.

« Je prends toute ma liberté dans cette campagne »

« Depuis 2001, la droite a perdu à Paris, car certains élus ont joué leur survie personnelle dans leur arrondissement, au détriment de la dynamique collective », a ajouté Rachida Dati. « Je ne laisserai pas l’histoire se répéter. A partir de ce jour, je prends toute ma liberté dans cette campagne », a-t-elle assuré.

Rachida Dati « ne veut pas se faire imposer des choix d’appareil », ni « freiner sa dynamique au service des Parisiens », a-t-on souligné dans son entourage, sans détailler quelle suite Rachida Dati entendait donner à son communiqué. « Elle reste la candidate LR », a-t-on toutefois assuré de même source.

« C’est la composition de la liste qui pourrait poser problème »

Son absence de la réunion de la CNI s’explique car Rachida Dati « ne pouvait pas être là ce matin » du fait de sa campagne, a-t-on ajouté. Du côté du parti, on souligne qu’il était prévu de prendre cette décision mercredi et on appelle à « relativiser ». Plus que le choix du candidat c’est la composition de la liste qui pourrait poser problème, a-t-on estimé de source proche du parti.

Geoffroy Boulard, maire d’un arrondissement où l’électorat pourrait être tenté par le vote LREM, a déjà annoncé qu’il était candidat à sa succession, mais sans étiquette partisane. Mais à Paris « tous les candidats vont signer un engagement pour soutenir Rachida Dati », a-t-on assuré chez LR.