Municipales 2020 à Nantes : Johanna Rolland promet 70 policiers en plus et une « impunité zéro »

SECURITE La maire de Nantes, candidate à sa succession, a dévoilé ce mercredi une série de propositions sur le thème de la sécurité

Julie Urbach

— 

Illustration de policiers municipaux (ici à Rennes
Illustration de policiers municipaux (ici à Rennes — C. Allain / 20 Minutes
  • Johanna Rolland souhaite recruter 70 policiers municipaux supplémentaires et compte sur l’Etat pour l’arrivée du même nombre de policiers nationaux.
  • La maire de Nantes, qui reconnaît une hausse de l’insécurité, veut « renforcer leur présence sur le terrain, et particulièrement entre minuit et 2h du matin »

« L’insécurité s’est-elle développée à Nantes ? La réponse est oui. » Ce mercredi, la maire de Nantes Johanna Rolland a dévoilé ses propositions en matière de sécurité si elle était réélue en mars prochain. Elle a notamment annoncé le recrutement de 70 policiers municipaux supplémentaires (120 actuellement), dans le but de « renforcer leur présence sur le terrain, et particulièrement entre minuit et 2h du matin », un créneau non couvert aujourd’hui. Une mesure à 5,2 millions d’euros, qui ferait grimper le budget alloué à la thématique, désormais l’enjeu numéro 1 de la campagne des municipales. Et qui ferait de Nantes l’une des villes françaises les mieux dotées en policiers municipaux par habitant, en l’état actuel des chiffres.

La candidate socialiste, qui a réclamé une « impunité zéro en matière de sécurité » a également promis la création d’une police des incivilités au quotidien, composée d’une trentaine d’agents assermentés pour lutter contre « les conflits de voisinage ou atteintes à l’environnement ». Le développement de la vidéosurveillance devrait se développer, avec plusieurs de dizaines de caméras annoncées (134 actuellement).

La maire espère l’arrivée de 70 policiers nationaux

Johanna Rolland s’est également engagée à freiner « la délinquance sur les lieux festifs » avec la mobilisation d’agents de la protection civile, de la police municipale et nationale et agents de sécurité tous les jeudis, vendredis et samedis entre le Hangar à Bananes et Bouffay. Le dispositif était déjà partiellement déployé « lors des soirées de forte affluence », explique-t-elle. Des renforts en médiateurs, veilleurs de soirées sont prévus. Un référent sécurité sera nommé dans chaque quartier.

En annonçant ces propositions, la maire de Nantes a une nouvelle fois demandé à l'Etat de « prendre ses responsabilités » en matière de lutte contre la délinquance et les trafics d’armes et de drogues, qui sont « souvent la source de conflits violents ». En face des 70 policiers municipaux, elle a appelé à l’arrivée de 70 policiers nationaux, et à l’installation d’un service régional de police judiciaire (SRPJ) à Nantes.

Avant Johanna Rolland, d’autres candidates avaient déjà fait des propositions quant à l’augmentation des effectifs de la police municipale. Valérie Oppelt (LREM) propose le recrutement de 85 agents. Laurence Garnier (LR) veut passer leur nombre de 120 à 230.