Municipales 2020 à Toulouse : Quentin Charoy veut replacer la cause animale au cœur de la campagne

ANIMALISTE Une liste du parti animaliste se lance dans la campagne des municipales de mars 2020 à Toulouse, avec un leitmotiv, celui de redonner sa place aux animaux dans la ville

Béatrice Colin

— 

Quentin Charoy, tête de liste de «Toulouse animaliste» pour les municipales de mars 2020 à Toulouse.
Quentin Charoy, tête de liste de «Toulouse animaliste» pour les municipales de mars 2020 à Toulouse. — Parti animaliste
  • Le parti animaliste lance officiellement ce vendredi sa liste aux municipales toulousaines de mars 2020.
  • Quentin Charoy, un jeune militant de 25 ans, sera la tête de liste et entend porter la voix des animaux au cours de cette campagne.
  • Interdiction de cirques avec animaux, délégation à la protection animale, autorisation des animaux dans les transports en commun font partie des premières propositions de sa liste.

Attractivité, métro, logement ou encore sécurité font partie des thèmes qui reviennent régulièrement dans les propositions de campagne des candidats toulousainsaux municipales. La place des animaux en ville par contre peine à se frayer une place dans les programmes.

Et c’est bien ce qui désole Quentin Charoy qui en ferra son cheval de bataille. Le jeune homme de 25 ans, natif d’Albi (Tarn), sera la tête de liste du parti animaliste pour le scrutin de mars prochain. Fort des résultats obtenus par son parti aux élections européennes (2,16 % en France et 1,5 % à Toulouse), il a déjà réuni les 69 noms nécessaires pour postuler au Capitole.

« Le seul prérequis était d’avoir des convictions pour défendre les animaux. Nous avons réuni des étudiants, des retraités, des cadres, des militants d’associations, mais aussi un comptable, un avocat », avance celui qui se trouvait déjà pour les élections européennes sur la liste du parti créé en 2016.

Pour tous, qu’ils soient végans ou omnivores, « il est temps d’intégrer la question de la protection animale à la politique municipale, car aujourd’hui rien n’est fait pour eux, si ce n’est une politique de régulation létale », déplore le jeune homme, engagé depuis sa majorité pour la cause.

Repas végétal

Au-delà de la création d’une délégation municipale à la protection animale, Quentin Charoy et ses colistiers proposent d’autoriser la présence de nos amis les bêtes dans les transports en commun ainsi que dans les parcs, d’y mettre en place des espaces partagés et végétalisés, ou encore d’interdire les cirques avec animaux.

La défense de la cause animale passera aussi par nos assiettes et celles des petits Toulousains à qui des repas « végétaux » seront proposés à la cantine. Un créneau que connaît bien la tête de liste car après avoir été éducateur pour personne en situation de handicap, il s’apprête à ouvrir son restaurant, sans aucune protéine animale cela va de soi.

« Nous avons un programme mono-thématique, mais qui est transversale à bien des sujets qui touchent au quotidien des Toulousains. Nous sommes sur notre ligne animaliste, mais nous ne nous interdisons pas d’avoir d’autres projets, comme celui d’avoir plus de démocratie participative ou encore de réquisitionner les logements vacants », poursuit le jeune militant pour qui « aider les animaux, c’est aussi aider les humains et les Toulousains ».