Municipales 2020 à Toulouse : La liste Archipel citoyen met sur le tapis ses 350 préconisations

POLITIQUE Encadrement des loyers et repas végétarien à la cantine font partie des premières idées présentées jeudi soir par la liste conduite par l’écologiste Antoine Maurice

Béatrice Colin

— 

L'écologisteAntoine Maurice entouré des porte-paroles de la liste Archipel Citoyen à Toulouse.
L'écologisteAntoine Maurice entouré des porte-paroles de la liste Archipel Citoyen à Toulouse. — B. Colin / 20 Minutes

Mettre en place une alternative végétarienne dans les cantines toulousaines, doubler le budget vélo de la métropole ou encore expérimenter dans certains quartiers le dispositif Territoires zéro chômeuse et chômeur longue durée comme à Lille. Voici quelques-unes des premières préconisations dévoilées jeudi soir lors d’une réunion publique par les membres de la liste Archipel Citoyen pour les municipales 2020 à Toulouse.

Au total, 350 idées vont être mises en ligne sur le site Internet du mouvement conduit par l’écologiste Antoine Maurice et soutenu par LFI, des ex-socialistes et des citoyens engagés. Que ce soit la création de cuisine dans les nouvelles écoles, la mise en place de permanences de la police municipale dans les quartiers ou l’abrogation de l’arrêté anti-bivouac, elles seront soumises aux habitants. A chaque fois, elles sont assorties d’un diagnostic de ce qui a été fait en la matière par le maire sortant, Jean-Luc Moudenc (LR).

Idées soumises aux habitants

« C’est un site participatif ou chacun peut voter sur les préconisations et laisser un commentaire », indique la tête de liste. Toujours dans l’esprit démocratique, certaines seront validées et intégrées au programme définitif, d’autres continueront à être « co-construites » avec les Toulousains.

L’encadrement des loyers figure aussi dans ces préconisations, alors que la majorité vient d’indiquer que cette mesure n’était pas opportune. « On savait qu’elle serait le résultat de cette étude. Mais il faut l’expérimenter, rendre l’accès au logement supportable », plaide l’un des colistiers, François Piquemal.