Municipales 2020 à Toulouse : Pierre Cohen, l'ancien maire socialiste de Toulouse, est (officiellement) candidat

POLITIQUE Après avoir annoncé qu'il voulait rassembler autour d'une liste de gauche, faute d'y être parvenu, l'ancien maire de Toulouse a décidé d'être candidat aux municipales de Toulouse

Béatrice Colin

— 

Pierre Cohen, ancien maire de Toulouse de 2008 à 2014, se présente aux municipales sous la bannière du mouvement Generation.s.
Pierre Cohen, ancien maire de Toulouse de 2008 à 2014, se présente aux municipales sous la bannière du mouvement Generation.s. — B. Colin / 20 Minutes
  • L’ancien maire de Toulouse de 2008 à 2014, Pierre Cohen (Génération. s), a annoncé ce mercredi qu’il serait tête de liste lors des prochaines municipales.
  • Deux autres listes sont déjà lancées à gauche, celle de la socialiste Nadia Pellefigue et la liste Archipel citoyen menée par l’écologiste Antoine Maurice.
  • L’élu d’opposition estime être « le seul à pouvoir faire gagner la gauche », en raison de sa notoriété.

Après plusieurs mois à discuter, il a fini par reconnaître que sa proposition d’une liste d’union à gauche n’aboutirait pas. Pierre Cohen, 69 ans, ancien maire socialiste de Toulouse désormais membre de Génération. s, a du coup officialisé ce mercredi sa candidature aux municipales de mars prochain après s’être lancé il y a quelques semaines dans la campagne.

Une décision qui intervient une semaine après une ultime réunion avec les représentants de la liste citoyenne et écologiste Archipel, ceux de la candidate socialiste Nadia Pellefigue n’ayant pas répondu à son invitation. Ces dernières semaines, les piques sont devenues monnaie courante entre les différents prétendants de gauche au Capitole. Et malgré les affichages, la rupture semble irrémédiable.

« Sans prétention, je suis le seul à pouvoir faire gagner la gauche », a-t-il insisté, mettant en avant sa notoriété mais aussi le fait que les deux autres listes se tournaient le dos. Entouré de ses anciens adjoints Isabelle Hardy et Thierry Cotelle, mais aussi des membres du collectif citoyen « Tous pour Toulouse » porté par Ahmed Dahrour, Cohen a expliqué qu’il laissait la porte ouverte jusqu’au dépôt de liste, en février prochain.

Division à gauche

En se lançant maintenant, bien après les deux autres listes de gauche, certains lui reprochent d’ores et déjà de créer la division et d’offrir un boulevard au maire sortant Jean-Luc Moudenc (LR). « Qui divise ? Celui qui se présente longtemps avant le lancement des discussions entre les forces de gauche ou ceux qui ont voulu créer les conditions de ce rassemblement », répond le principal intéressé, visant Nadia Pellefigue sans jamais la citer nommément.

« Quant au fameux boulevard, il est en train de se fissurer, les macronistes sont en colère », pointe celui qui siège aujourd’hui dans l’opposition en référence à la liste lancée ce mercredi matin par Franck Biasotto, adjoint au maire LREM de Jean-Luc Moudenc.

Pour marquer sa différence avec les autres prétendants de gauche au Capitole, il met en avant « un vrai projet de rupture avec la droite libérale ». « Les quartiers populaires, c’est un enjeu d’urgence, ça ne peut pas être des quartiers à part et en ce qui concerne les faubourgs, on ne peut pas les traiter seulement en aménageant une place. On ne peut pas non plus parler de planter des arbres et laisser les voitures pénétrer en masse en ville », avance Pierre Cohen en visant le bilan du maire sortant.

Ce dernier a déjà une quarantaine de personnes prêtes à partir à ses côtés, mais « nous ne ferons pas le coup de dire que nous sommes ouverts à l’union en présentant maintenant une liste de 71 noms », en référence à Archipel.