Municipales 2020 à Toulouse : Le MoDem se lance pour concurrencer Moudenc sur son centre

POLITIQUE Une liste conduite par Frank Biasotto, adjoint LREM au maire sortant, et soutenue par le MoDem se lance à son tour dans la bataille des municipales 2020 à Toulouse

Hélène Ménal

— 

Franck Biasotto (LREM), conduit la liste
Franck Biasotto (LREM), conduit la liste — H. Menal - 20 Minutes
  • La liste Toulouse forte & belle se lance dans la bataille du Capitole.
  • Elle est conduite par Franck Biasotto, adjoint LREM au logement, et soutenue par le MoDem.
  • Ces nouveaux rivaux reprochent au maire sortant sa « verticalité » et sa « droitisation ».

Un grain de sable vient de se glisser dans la campagne bulldozer du maire sortant de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR) qui pouvait s’enorgueillir jusqu’ici de réunir sur sa liste toutes les sensibilités de la droite et du centre, LREM comprise. Mais c’est raté. Comme pressenti, le MoDem se lance en solo. Il soutient désormais officiellement Franck Biasotto, LREM et actuel adjoint au logement au Capitole (une délégation où ses heures sont probablement comptées).

Aux côtés du député MoDem Jean-Luc Lagleize et de la présidente départementale du parti de François Bayrou, Marthe Marti, cet agent immobilier de 50 ans a officiellement lancé ce mercredi la liste citoyenne Toulouse belle & forte. Elle acte, explique le député Jean-Luc Lagleize, une « impossibilité de travailler avec le maire » sortant qu’il taxe de « droitisation », en lui reprochant notamment de ne pas célébrer en personne des mariages pour tous au Capitole.

« Un maire à plein temps »

Parmi les 15 premiers colistiers dévoilés, il y a des militants LREM mais aussi deux maires de quartier sortant, Françoise Roncato et Hélène Costes-Dandurand. Elles assurent qu’il n’y a pas de dépit dans leur démarche. Franck Biasotto, auquel le maire n’a pas pardonné de créer un groupe dans la majorité municipale, pointe la « verticalité » qui préside aux décisions du Capitole. Tous reprochent à Jean-Luc Moudenc de suivre des « schémas du passé » alors « que le monde change et Toulouse aussi ».

Vers des exclusions de LREM

Contrairement au sortant, la liste Toulouse forte & belle promet « un maire à plein temps » qui ne présidera pas en même temps la métropole. Elle veut aussi « mieux intégrer les citoyens à la vie locale ». Elle prône enfin « la transparence ». « Nous sommes favorables à la troisième ligne de métro mais la promettre pour 2025 c’est tout simplement faux », souligne par exemple Franck Biasotto.

L’équipe Moudenc ne souhaite pas faire de commentaire sur cette liste qui la concurrence sur son centre. « C’est leur responsabilité », lâche un proche du maire. LREM a la dent plus dure : « Il s’agit d’une aventure individuelle sans fondement politique qui n’est alimentée que par le dépit et la déception », réagit Pierre Casteras, son référent départemental. Il va demander au bureau exécutif du parti l’exclusion de Franck Biasotto et « de tout adhérent qui rejoindra cette liste ». N’est pas Cédric Villani qui veut.