Municipales 2020 à Cogolin : LREM se défend d'avoir investi une candidate ralliée à un ex-RN

POLITIQUE Auparavant tête d'une liste soutenue par la députée LREM locale pour les municipales à Cogolin, Audrey Rondini-Gillie a rejoint la liste de Marc-Etienne Lansade, proche du Rassemblement national

M.Cei. avec AFP
Des drapeaux tricolores et le logo du Rassemblement national lors d'un meeting (illustration)
Des drapeaux tricolores et le logo du Rassemblement national lors d'un meeting (illustration) — B. Guay

La République en marche a souligné jeudi n’avoir jamais officiellement soutenu ni investi la candidate aux municipales ralliée cette semaine à un proche du Rassemblement national à Cogolin, dans le Var, en dépit de l’appui un temps affiché par la députée LREM locale. Aucun dossier concernant cette ville n’est passé en commission nationale d’investiture (CNI), a fait valoir le parti présidentiel.

Cette semaine, l’avocate Audrey Rondini-Gilli a rejoint la liste du maire sortant Marc-Etienne Lansade, proche du RN sans en être membre, après avoir été élu en 2014 avec l’étiquette Front national.

Audrey Rondini-Gilli, ancienne adhérente de l’UMP, était auparavant la tête de liste de « Cogolin, la volonté au cœur », une liste soutenue par la députée locale LREM Sereine Mauborgne qui devait également y figurer. Sereine Mauborgne, qui n’a pu être jointe par l’AFP, a indiqué dans les colonnes de Var-Matin ne pas avoir « vu venir ça ».