Municipales 2020 à Montpellier : LREM investit Patrick Vignal plutôt que Mohed Altrad contre Philippe Saurel

ELECTIONS MUNICIPALES Le député de la 9e circonscription a été investi à Montpellier. Deux autres personnes, dont Mohed Altrad, avaient demandé le soutien du parti d'Emmanuel Macron

Jérôme Diesnis

— 

Patrick Vignal et Emmanuel Macron, lors de la venue à La Grande-Motte du président de la République, alors ministre de l'économie
Patrick Vignal et Emmanuel Macron, lors de la venue à La Grande-Motte du président de la République, alors ministre de l'économie — A. Robert / Apercu / Sipa
  • Patrick Vignal a été choisi par la commission nationale d'investiture de La République en marche à Montpellier.
  • Mohed Altrad et Romain Subirats étaient également en quête de soutien du parti présidentiel.
  • Le maire sortant, Philippe Saurel, jugé Macron-compatible, a expliqué publiquement à plusieurs reprises qu'il ne demandait pas le soutien de LREM.

Patrick Vignal a été choisi par la commission nationale d’investiture (CNI) de La République en marche (LREM) pour les municipales de Montpellier. Cette désignation a fait l’objet d’une intense réflexion. Dans la septième ville de France, chaque élection, chaque sondage, confirme l’éclatement de l’électorat.

Le député LREM de la 9e circonscription (celle de Lunel) connaît parfaitement Montpellier. Ancien membre du Parti socialiste (qu’il a quitté après un premier mandat de député) formé à la politique par Georges Frêche, il fut son adjoint (puis celui d’Hélène Mandroux), délégué aux sports, à la démocratie participative et à la cohésion sociale. « Je remercie chaleureusement toutes celles et tous ceux qui ont contribué à cette première belle étape : les coopérateurs, les marcheurs, mes collègues députés et élus, les mouvements partenaires actuels et ceux qui nous rejoindront », explique-t-il dans un communiqué.

Mohed Altrad : « Rien ne peut remettre en cause ma candidature »

Outre le député, deux autres candidats avaient sollicité le parti présidentiel : Mohed Altrad et Romain Subirats, le responsable local des « Jeunes avec Macron ». En quête lui aussi d’investiture, ce dernier « prend acte de cette décision. Depuis que j’ai déposé mon dossier de candidature, je n’ai pas eu de nouvelle de la CNI, précise l’avocat. L’essence de ma démarche était qu’un marcheur soit investi. Patrick Vignal en est un, je n’ai aucun problème par rapport à cette décision », explique-t-il, prêt à se ranger derrière le député. « Désormais, on va pouvoir se compter à Montpellier. »

« Concentré sur [son] programme », le président du MHR, Mohed Altrad (qui avait demandé le soutien de LREM et non l’investiture) n’a pas souhaité réagir à cette désignation. Mais elle ne change pas sa « détermination absolue à aller au bout de [ses] engagements. Rien ne peut remettre en cause ma candidature », explique à 20 Minutes le patron éponyme de la multinationale spécialisée dans les services aux entreprises. Il ne s’épanche pas sur la rumeur tenace qui évoque depuis plusieurs semaines une liste commune avec Patrick Vignal : « Je discute avec Patrick, comme avec Michaël Delafosse, avec Alex Larue, avec les Verts. Avec toutes les personnes qui sont ouvertes au rassemblement », précise-t-il.

Le choix de Patrick Vignal écarte en revanche définitivement l’hypothèse d’un soutien tacite de LREM à Philippe Saurel (DVG), Macron-compatible et un temps envisagé. Mais le maire actuel a régulièrement rappelé – la dernière fois, vendredi, lors de l’annonce de son opération – qu’il ne demandait « ni le soutien, ni l’investiture de LREM », ajoutant : « Je ne représente aucun parti. »