Municipales 2020 à Toulouse : Le Modem tenté de partir en solo en lançant sa propre liste

POLITIQUE Membre de la majorité municipale de Jean-Luc Moudenc (LR), le MoDem ne sera pas sur sa liste lors des municipales et annonce son intention de monter la sienne

Béatrice Colin

— 

le député Modem, Jean-Luc Lagleize, a annoncé qu'il allait soumettre au bureau national de son parti l'idée d'une liste autonome aux municipales de Toulouse.
le député Modem, Jean-Luc Lagleize, a annoncé qu'il allait soumettre au bureau national de son parti l'idée d'une liste autonome aux municipales de Toulouse. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • Alors que LREM a annoncé son ralliement au maire sortant Jean-Luc Moudenc (LR), le MoDem a indiqué jeudi son intention de créer une liste autonome pour les municipales de mars.
  • Le MoDem, par la voix du député et conseiller municipal Jean-Luc Lagleize, justifie son choix par le peu de places attribuées par Jean-Luc Moudenc à la majorité présidentielle.
  • L’équipe du maire juge cette prise de position «peu compréhensible», le MoDem, membre de la majorité municipale ayant voté au cours du mandat 100 % des délibérations.

Ce pourrait être une épine dans la chaussure du maire sortant de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR) lors de la campagne des municipales. Après avoir annoncé le ralliement de La République en marche pour les échéances de mars prochain, ce dernier vient d’enregistrer la défection du MoDem, pourtant membre de sa majorité municipale depuis 2014.

Une annonce portée hier par la voix du député de la 2e circonscription, Jean-Luc Lagleize. Dans un communiqué, celui qui est aussi conseiller municipal et membre du groupe «Alliance démocrate Toulouse» a annoncé qu’il présenterait au prochain bureau national du MoDem « une résolution pour acter une offre alternative aux élections municipales de mars 2020 à Toulouse ».

Une alternative « ouverte à celles et ceux qui veulent vivre Toulouse autrement, dans le respect du développement durable de notre territoire », précise l’élu. La rupture est donc consommée entre Jean-Luc Moudenc et une partie du centre-droit toulousain.

Place de la majorité présidentielle

Ce dernier avait donné jusqu’au 30 octobre aux différents partis pour se prononcer sur un éventuel ralliement. Et seul le MoDem manquait à l’appel, même si le maire sortant indiquait « avoir encore des discussions avec ses instances nationales ».

Mais depuis, Jean-Luc Moudenc a présenté certains de ses colistiers et évoqué les répartitions des différents partis en position éligible. Ceux des Républicains, son parti, conservent plus de places que ceux de la majorité présidentielle.

Ainsi, cinq places éligibles ont été attribuées à LREM. « Le Mouvement Démocrate de la Haute-Garonne prend acte de la décision de Jean-Luc Moudenc de réduire de 8 à 5 élus le nombre de représentants de la majorité présidentielle dans sa liste. Ceci en pleine contradiction avec les résultats électoraux relevés dans la Ville rose », tacle Jean-Luc Lagleize qui espère rassembler d’autres membres de la majorité municipale.

Notamment ceux comme Franck Biasotto, adjoint au maire au Logement qui a constitué il y a quelques mois le groupe « Alliance Majorité Présidentielle » et ne ferait pas parti des représentants LREM sur la liste de Jean-Luc Moudenc. L’association « Toulouse & Moi », lancée en avril dernier par Pierre Casteras, le référent départemental de LREM et Marthe Marti, la présidente départementale du MoDem, pourrait aussi être un vivier pour alimenter cette future liste MoDem si elle voit le jour.

En tout cas, dans les rangs de la liste de Jean-Luc Moudenc, « Aimer Toulouse », la nouvelle est jugée « peu compréhensible ». « Le MoDem a voté 100 % des délibérations portées par la majorité municipale au cours du mandat », fait valoir Pierre Esplugas, porte-parole des Républicains.