Municipales 2020 à Nice: « Il n’y a qu’une liste écologiste, animaliste et citoyenne qui peut battre Estrosi, et nous l’incarnons »

INTERVIEW Pour Jean-Marc Governatori, tête de liste de Nice écologique, l’objectif est clair : remporter la mairie. Et pas seulement en 2020

Propos recueillis par Jonathan Hauvel

— 

Jean-Marc Governatori, tête de liste deNice écologique et co-secrétaire national de l'Alliance écologiste indépendante (AEI)
Jean-Marc Governatori, tête de liste deNice écologique et co-secrétaire national de l'Alliance écologiste indépendante (AEI) — Alliance écologiste indépendante
  • La liste Nice écologique a ouvert sa permanence ce mercredi, au 13 avenue Notre-Dame.
  • Elle rassemble les partis Génération Écologie, Cap21, Europe Écologie Les Verts et l'Alliance écologiste indépendante (AEI) dont Jean-Marc Governatori est le co-secrétaire national.
  • Derrière l'ex-chef d'entreprise, on retrouve les actuels conseillers municipaux EELV Juliette Chesnel-Le Roux (qui deviendrait première adjointe en cas de victoire) et Fabrice Decoupigny (en 3e position sur la liste).

Liste PS-UDE, liste 100 % écologiste, liste « citoyenne »… La gauche niçoise avance fragmentée à l’approche de l’élection municipale des 15 et 22 mars 2020. Ce mercredi, Nice écologique a inauguré sa permanence de campagne, au 13 avenue Notre-Dame. L’occasion d’interroger sa tête de liste Jean-Marc Governatori.

Une liste d'union de la gauche était envisagée. Pourquoi avoir finalement fait le choix d’une liste 100 % écologiste ?

Il y en a ras le bol de toujours voir une liste de gauche ou une liste de droite. Passer des accords avec les partis conventionnels affaiblit la voix des écologistes. Présenter une liste de gauche, c’est assurer la victoire à Christian Estrosi [ LR] alors qu’il faut qu’il parte à la retraite. Il n’y a qu’une liste écologiste, animaliste et citoyenne qui peut battre la liste d’Estrosi, et nous, nous l’incarnons.

Un rapprochement avec la liste Viva ! est-il envisagé ?

Non. Viva ! est une belle liste, animée par des personnes intéressantes. Je la respecte mais ses membres se positionnent à gauche. Donc ils vont surtout affaiblir la liste de Patrick Allemand [PS].

Vous dites vouloir pousser l’actuel maire « à la retraite ». Pouvez-vous détailler ?

Rendez vous compte. La première fois que M. Estrosi est entré au conseiller municipal de Nice, c’était il y a 36 ans. La seconde raison, c’est qu’il a fait deux mandats. Si on regarde le bilan, il y a des éléments factuels qui montrent une mauvaise gestion. À un moment, il faut dire stop. Quand M. Estrosi veut artificialiser la Plaine du Var et l’ aéroport de Nice, c’est un drame pour les Niçois.

Je trouve incroyable qu’il se dise écologiste et qu’il veuille pourtant artificialiser les terres parmi les plus fertiles d’Europe. Là, c’est carton rouge ! On peut faire des erreurs, c’est humain, mais dans ce cas c’est une grosse faute politique. Cela conduit aujourd’hui à ce que l’autonomie alimentaire de Nice ne soit que de 2,1 %.

Quelles sont vos propositions ?

Il ne faut pas croire qu’on est des magiciens, donc on ne va pas tout résoudre d’un seul coup. Mais en un mandat, on peut faire plus que ce qu’a fait M. Estrosi en deux. D’une part, on veut se doter d’une monnaie locale forte à Nice. C’est un élément économique important.

Ensuite, on veut développer l’agriculture urbaine. On ne veut pas que des arbres ! On veut des potagers. On veut aussi multiplier les AMAP, les ressourceries et les recycleries. On veut que Nice, sur deux mandats, soit autonome en énergie. Un moyen d’y parvenir est d’isoler ce qui est isolable. On veut donc un gros programme d’ isolation qui fera de Nice le nouveau Grenoble [ L'énergéticien public local Gaz Électricité de Grenoble souhaite «couvrir en 2022 l'équivalent du niveau de consommation des 166.000 Grenoblois uniquement en énergies renouvelables»].

Enfin, on veut mettre en avant l’autopartage individuel. On veut inciter un maximum de Niçois qui ont déjà une voiture à la partager. C’est le meilleur moyen de transport collectif.

Ce n’est donc pas le tram selon vous…

Ce tram qui a ruiné le commerce de centre-ville et qui pourrit la vie des Niçois ? ! C’est un bon moyen de transport collectif mais si une vraie étude avait été réalisée, on se serait rendu compte que des lignes de bus en site propre et qui fonctionnent à l’éthanol sont davantage efficaces que des lignes de tram. C’est moins cher, c’est plus rapide et ça n’emmerde pas tout le monde.

Vous avez parlé de deux mandats. Doit-on en conclure que vous visez la victoire ?

Bien sûr ! Il faut arrêter de penser que les écologistes sont supplétifs. M. Estrosi est tout à fait battable avec une vraie liste en face. Le seul vrai sondage nous met à 13 % au premier tour. M. Vardon ( RN) et M. Estrosi sont devant mais ils sont connus. Ils ont atteint leur score maximum. Pour nous, tout reste à faire.

Il y avait environ 100.000 abstentionnistes au second tour en 2014 [101.819 précisément, soit 46,6% des inscrits]. Notre liste écologiste, citoyenne et animaliste est en passe de faire voter ces Niçois. On voit aussi que, partout en France, il y a un appel à un changement de société. Pour citer Victor Hugo, « rien n’arrête une idée dont le temps est venu ».