Municipales 2020 à Lille : Les Verts essaient de se démarquer de Martine Aubry

POLITIQUE Présents dans la majorité municipale depuis 2001, les Verts lillois rêvent pourtant de détrôner la maire de Lille aux prochaines élections.

Francois Launay

— 

Stéphane Baly et Julie Nicolas, candidats de la liste EELV à Lille, s'alarment de la pollution atmosphérique
Stéphane Baly et Julie Nicolas, candidats de la liste EELV à Lille, s'alarment de la pollution atmosphérique — Francois Launay / 20 Minutes
  • Forts d’un bon score aux dernières élections européennes à Lille, les écolos rêvent de s’emparer du beffroi aux municipales de 2020.
  • Membres de la majorité de Martine Aubry depuis dix-huit ans, les Verts se sentent pousser des ailes et espèrent être devant la maire de Lille au premier tour.

La date n’a pas été choisie au hasard. Mardi, les candidats écolos aux municipales de Lille avaient fixé rendez-vous devant la station de mesure de pollution atmosphérique installée à Lille Europe. Trois jours après l’entrée officielle en campagne municipale de Martine Aubry, un jour après l’ ouverture de la COP 25 (conférence de l’ONU sur les changements climatiques) à Madrid, les membres de la liste EELV ont voulu rappeler des chiffres qui font mal.

Car mardi, pour la 38e fois de l’année, le Nord, et plus particulièrement la métropole lilloise, a enregistré un nouveau pic de pollution. Rebelote mercredi où la circulation différenciée sera mise en place. « On a dépassé la limite européenne [35 jours de dépassement par an]. On pourrait se retrouver demain en contentieux avec l’Union européenne avec un risque de mise à l’amende pour non-respect des normes de qualité de l’air », explique Julie Nicolas, colistière et secrétaire de la liste EELV Lille-Lomme Hellemmes.

1.700 décès en 2018 liés à la qualité de l’air dans la métropole lilloise

Qu’il fasse chaud ou froid, quelle que soit la saison, Lille et sa métropole continuent donc d’étouffer. « L’été, il faut rester chez soi sans faire des activités sportives. Et l’hiver, il faut aussi rester chez soi. En gros, quand il fait beau : restez chez vous ! On est vraiment sur une catastrophe sanitaire. Selon l’Agence régionale de la santé, il y a eu 1.700 décès l’an passé sur la métropole à cause d’une qualité de l’air dégradée. Tout ça appelle à des mesures d’urgence », s’alarme Stéphane Baly, tête de liste EELV à Lille.

Rénovation thermique des logements et bureaux, réduction drastique de la circulation automobile, gratuité des transports en commun en cas de pic de pollution dès janvier 2020 ou encore mise en place d’une zone de faibles émissions dans 12 communes de la métropole d’ici 2021, voici les idées déjà concrètes ou pas encore prônées par la liste verte.

Les Verts rêvent de s’emparer du beffroi

Des sujets environnementaux qui sont d’ailleurs au cœur de la campagne des municipales. Avec plus de 21 % des voix obtenues à Lille aux Européennes en mai dernier, les Verts sont bien conscients d’avoir un gros coup à jouer en mars 2020. Le beffroi en ligne de mire, ils n’hésitent pas à taper sur l’ancien monde. « Ce ne sont pas ceux qui ont construit cette impasse sanitaire qui apporteront demain les solutions. Le temps de l’écologie est venu », appuie Stéphane Baly.

Sauf que les Verts gouvernent à Lille dans la majorité municipale de Martine Aubry depuis… dix-huit ans. Difficile dans ces conditions de vraiment critiquer le bilan écologique de la maire de Lille. D’ailleurs Stéphane Baly est depuis 2014 conseiller municipal de la majorité en charge des énergies, de la gestion technique des bâtiments et de l’éclairage public.

« Le bilan écolo de Martine Aubry est bon parce qu’on était là. Des choses avancent, des choses progressent mais elles ne sont pas à la hauteur des urgences. On n’est pas sur du changement structurel. Il faut changer de braquet et ne pas prendre de demi-mesures. Il faut passer de l’écologie opportuniste à l’écologie de conviction », se défend l’élu lillois

Une alliance possible avec Martine Aubry au deuxième tour

Ambitieux mais pas fous, les écolos n’oublient quand même pas où ils habitent. Et sont déjà prêts à une alliance avec Martine Aubry en cas de deuxième tour. « Il y a un ennemi : le Rassemblement National. On a des adversaires qui sont les différentes listes de droite [dont la liste LREM de Violette Spillebout]. Et on a des concurrents potentiellement partenaires pour un projet dont la boussole sera profondément écolo. On se donne les moyens pour accueillir Martine Aubry sur notre liste au deuxième tour si elle se reconnaît dans notre projet », sourit Baly.

Pour forcer la main à l’actuelle maire de Lille, les Verts savent qu’ils devront être devant sa liste au soir du premier tour. Un combat qu’ils ont déjà perdu en 2008 et 2014. Mais pour la première fois depuis dix-huit ans, les écolos croient vraiment en leurs chances de créer une immense surprise.