Municipales 2020 à Toulouse : La candidate socialiste, Nadia Pellefigue, veut faire cogiter les habitants sur les questions d'urbanisme

POLITIQUE Nadia Pellefigue, candidate socialiste aux municipales de Toulouse, veut associer les habitants dans les choix urbanistiques, mais aussi encadrer les loyers

Béatrice Colin

— 

Un quartier en construction à Toulouse. (Archive)
Un quartier en construction à Toulouse. (Archive) — A. Gelebart / 20 Minutes
  • Nadia Pellefigue, candidate PS aux municipales, a présenté ce mercredi ses propositions en matière d’urbanisme et de logement.
  • Si elle est élue, elle mettra en place l’encadrement des loyers, en cours d’étude par l’actuelle majorité.
  • Pour associer les habitants aux projets urbanistiques, la candidate veut créer une «Fabrique des quartiers» qui permettra de faire remonter les avis des riverains.

En soi, elle ne trouve pas le projet de la Tour Occitanie moche. Elle est même pour des gestes architecturaux en ville. « Mais il faut que le projet soit à l’image de ce que l’on veut pour Toulouse, qu’il ne gêne pas les Toulousains. Pour moi, c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire en matière d’urbanisme à Toulouse, ce n’est pas l’identité de la ville et c’est fait sans concertation », pose Nadia Pellefigue, la candidate socialiste aux municipales de 2020 qui présentait mercredi ses projets pour l’urbanisme et le logement.

Le gratte-ciel qui doit culminer à 150 m de haut du côté de la gare Matabiau doit voir le jour normalement d’ici quatre ans. Si les recours déposés devant le tribunal administratif ne se soldent pas par une révision de ce projet. « Et j’ai des interrogations sur sa faisabilité technique et financière », poursuit la candidate.

« Kiosque des solutions »

Cette dernière préfère proposer des « portes de Toulouse » aux sept entrées de la ville, dotées d’immeubles de grandes hauteurs, végétalisés, « et qui auront un sens » assure Nadia Pellefigue.

Elle entend maîtriser le développement des quartiers, « avec les habitants », « Nous devons mettre en place une vision stratégique pour rompre avec le développement anarchique et ne pas laisser faire les promoteurs comme l’a fait le maire sortant au cours des six dernières années », assure-t-elle.

Pour que les riverains aient leur mot à dire dans chaque nouveau projet d’urbanisation, elle compte mettre en place dans chaque quartier, des « kiosques des solutions » en lien avec le futur espace de médiation culturelle sur l’urbanisme et l’architecture qui doit s’installer rue Croix-Baragnon et son projet de « fabrique des quartiers ». « Cela évitera aussi de perdre du temps et que les gens attaquent les projets », pense la candidate.

Bail réel, encadrement des loyers

Elle ne s’interdit pas non plus de remettre en cause des projets lancés. Ou encore d’en porter certains à travers le système du bail réel solidaire.

« Pour éviter de voir monter les prix des logements, il faut déjà arrêter de faire monter les enchères sur les terrains. Nous voulons ainsi séparer le foncier du bâti pour les bailleurs sociaux, nous restons propriétaires du foncier, ce qui ne pèse pas sur le prix du logement », avance le sénateur Claude Raynal, l’un des colistiers de Nadia Pellefigue favorable à l’encadrement des loyers.