Municipales 2020 à Toulouse : Jean-Luc Moudenc veut doubler les patrouilles de la police municipale dans les quartiers

SECURITE Après le doublement des effectifs de la police municipale au cours de son mandat, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, annonce vouloir doubler les patrouilles dans les quartiers périphériques

Béatrice Colin

— 

Illustration police municipale en ville. Toulouse.
Illustration police municipale en ville. Toulouse. — A. GELEBART / 20 MINUTES
  • Jean-Luc Moudenc, qui ne présentera son programme qu’en début d’année, vient de présenter quelques idées concernant la sécurité, « une préoccupation » des Toulousains selon lui.
  • Comme Nadia Pellefigue, la candidate socialiste, il veut déployer la police municipale en version « îlotiers » et annonce le doublement des patrouilles dans les quartiers.
  • S’il est réélu, il annonce aussi la création d’une sorte de « commissariat » version police municipale pour accueillir la population.

Il ne présentera son projet pour Toulouse qu’en début d’année prochaine, lorsque sa liste sera définitivement constituée. Mais en attendant un programme ficelé, le maire sortant de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR), a quand même décidé de lancer quelques idées en matière de sécurité, une préoccupation « plus forte qu’on ne le croit ». Notamment au regard de l’actualité émaillée par une recrudescence de règlements de compte sur fond de trafic de drogue.

Une tendance qui n’a pas échappé à la candidate Nadia Pellefigue qui a détaillé il y a un peu moins d'un mois son programme en la matière. Au menu, de « l’îlotage et de la proximité », mais aussi deux nouveaux « QG » pour les agents municipaux.

Deux propositions qui seront aussi dans le projet porté par le maire sortant. « Si je suis élu, je proposerai de doubler les effectifs de patrouille dans les quartiers, de développer ainsi le travail de la police municipale vers l’îlotage, un travail fondé sur le dialogue avec les habitants. Et puis nous créerons deux choses qui n’existent pas : des permanences de la police municipale dans les quartiers et un siège en ville où sera accueillie la population », a précisé vendredi Jean-Luc Moudenc.

Ce dernier a mis son bilan en la matière, notamment le développement de la vidéosurveillance avec un nombre de caméras passé de 21 à 402 en un peu moins de six ans. Mais aussi la multiplication par deux des effectifs de la police municipale désormais dotée de 375 agents, son armement ou encore ses brigades de nuit.

Alors que ses opposants lui reprochent de ne pas avoir obtenu de son « ami » Edouard Philippe des effectifs supplémentaires au niveau de la police nationale, ce dernier a indiqué qu’il continuerait à plaider la cause de la Ville rose auprès du gouvernement.

« Sous la mandature de Pierre Cohen, les effectifs de police nationale ont augmenté de 0,6 %, soit 13 policiers affectés. Depuis 2014, c’est 8 % en plus, soit 120 postes, ce que je juge quand même insuffisant », poursuit l’édile.