Municipales 2020 à Marseille: Le candidat LREM Saïd Ahamada briguera la mairie, investi ou non

POLITIQUE Le candidat à la mairie de Marseille Saïd Ahamada a déclaré son intention de briguer la mairie « jusqu’au bout », investi ou non par LREM

Mathilde Ceilles

— 

Saïd Ahamada est député LREM de la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône
Saïd Ahamada est député LREM de la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Il a décidé de « siffler la fin de la récré » et d’aller « jusqu’au bout », « quoi qu’il arrive ». Lors d’une conférence de presse organisée à la dernière minute, entouré de ses soutiens à la mine grave, et dans un « silence de mort », selon ses propres termes, le député des quartiers Nord Saïd Ahamada a annoncé sa volonté d’être candidat à la mairie de Marseille, avec ou sans l’investiture de LREM qu’il cherche à obtenir depuis juin dernier, date de sa déclaration de candidature.

Le 18 juillet dernier pourtant, au Mundart, là même où il réunit ce mardi ses soutiens, le candidat aux municipales avait assuré ne pas prévoir de candidature dissidente. Mais le temps a passé. Trop même pour Saïd Ahamada. A quelques mois du premier tour, la commission nationale d’investiture n’a toujours pas tranché le cas marseillais, alors que deux candidatures officielles, celles de Saïd Ahamada et d’Yvon Berland, sont connues depuis l’été.

« Je ne peux pas continuer à attendre »

« Le nom d’un candidat LREM devait sortir avant cet été, rappelle Saïd Ahamada. Puis ça devait être après l’été. Puis à la rentrée. Aujourd’hui, on est en novembre et nous parle de décembre. Au vu de ce constat, en tant que républicain et personne engagée, je ne peux pas continuer à attendre. Il ne reste que 117 jours pour construire cet arc progressiste nécessaire pour gagner cette ville, avec des partenaires, il faut s’engager, et cela nécessite de sortir du bois. »

Un statu quo que Saïd Ahamada ne s’explique pas : « Personne ne comprend pourquoi LREM n’a pas encore choisi de candidat, il n’y a aucune raison objective, et c’est mortifère pour notre mouvement politique, tout en favorisant les extrêmes ». Alors pourquoi prendre cette décision maintenant ? A-t-il eu vent d’une autre candidature au sein de son mouvement ? Saïd Ahamada, qui affirme avoir prévenu les instances nationales cet après-midi, nie en bloc et plaide plutôt l’urgence. « Cette question de timing commence à nous desservir », estime-t-il. Pour autant, le député, qui se dit « très "corporate" », affirme être dit toujours candidat à l’investiture. Et s’estime même le mieux placé pour l’obtenir.

« Aujourd’hui, je suis le candidat de la majorité présidentielle, clame-t-il. Il n’y en a pas d’autre. Je suis le plus crédible, celui qui porte une dynamique réelle. J’ai toute légitimité pour cela. » Et d’ajouter : « Il faut un peu d’ego pour diriger Marseille. Il y a une ambition personnelle, évidemment. Elle a du sens quand elle se conjugue une ambition pour l’intérêt général. Si je pensais ne pas être la bonne personne pour incarner un projet politique, j’aurais tout fait pour que quelqu’un d’autre le fasse. »

Outre Saïd Ahamada et Yvon Berland, les noms de Jean-Philippe Agresti ou encore Johann Bencivenga circulent pour briguer la candidature de LREM à la mairie de Marseille.