Municipales 2020 à Brest : Malgré sa mise en examen, François Cuillandre maintient sa candidature

MUNICIPALES Le maire socialiste briguera bien un nouveau mandat en mars

Jérôme Gicquel

— 

Le maire PS de Brest François Cuillandre, ici en 2014.
Le maire PS de Brest François Cuillandre, ici en 2014. — Fred Tanneau / AFP

Il sera bien candidat à sa réélection en mars. Maire socialiste de Brest depuis 2001, François Cuillandre a annoncé ce lundi après-midi lors d’une conférence de presse qu’il maintenait sa candidature aux municipales  malgré sa mise en examen le 17 octobre pour recel d’abus de confiance.

Cette affaire fait suite à une enquête portant sur le versement des indemnités des élus socialistes de la ville. François Cuillandre est accusé d’avoir bénéficié d’un prêt de 4.000 euros en 2012 qui aurait été utilisé à des fins privés et n’aurait jamais été remboursé. Dans un communiqué publié le jour même, l’élu avait annoncé son intention de faire appel.

Les habitants n’ont pas « été lésés » selon lui

Après avoir gardé le silence depuis lors, François Cuillandre a donc pris la parole publiquement ce lundi pour faire part de ses intentions pour les municipales. « J’ai décidé de maintenir ma candidature comme tête de liste », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse retransmise sur le site du Télégramme, précisant que cette décision avait été prise à la suite « d’une longue réflexion personnelle, familiale et collective ». Car « sa motivation est intacte » et qu’il « souhaite conserver la ville à gauche », a-t-il ajouté.

Revenant sur sa mise en examen, le maire de Brest a indiqué qu’il n’avait jamais été question de fonds publics et que par conséquent, les habitants « n’avaient pas été lésés ». Il a par ailleurs ajouté qu’une mise en examen « ne signifiait pas une condamnation », mettant en avant « la présomption d’innocence ». « Mais je l’avoue, j’ai manqué de vigilance », a-t-il déclaré par rapport à ce prêt de 4.000 euros.