Bordeaux : Le candidat LREM veut augmenter la présence des policiers municipaux dans les rues

SECURITE Thomas Cazenave, candidat LREM aux municipales bordelaises, a présenté ce jeudi ses propositions pour améliorer la sécurité qu’il dit être une des préoccupations principales des Bordelais…

Elsa Provenzano

— 

Thomas Cazenave, candidat LREM à la mairie de Bordeaux
Thomas Cazenave, candidat LREM à la mairie de Bordeaux — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • Le candidat LREM à Bordeaux a présenté ce jeudi ses propositions en matière de sécurité.
  • Sa mesure centrale consiste à augmenter de 50 % l’effectif des policiers municipaux, le portant à 200 agents.
  • Il souhaite aussi une brigade policière spéciale pour lutter contre le harcèlement et un renforcement de la vidéosurveillance.

La sécurité préoccupe beaucoup les Bordelais si on en croit les échos rapportés par Thomas Cazenave, candidat LREM à Bordeaux, de ses rencontres avec les habitants depuis le début de sa campagne. Et les chiffres seraient en accord avec ce sentiment d’insécurité croissant, confirmant une hausse des vols, cambriolages et vols avec violence depuis 2012/2013. « Or c’est la première des attentes en termes de qualité de vie et c’est un droit fondamental », appuie le candidat.

Renforcer la présence policière

Pour apporter « une réponse forte » à cette problématique, Thomas Cazenave veut davantage de visibilité des policiers municipaux dans les rues. Il veut augmenter l’effectif de 50 %, soit 65 policiers supplémentaires pour un total de 200. « On les trouvera par redéploiement interne sur les 3.500 agents affectés à la ville de Bordeaux, précise-t-il. Je suis persuadé que dans une collectivité qui emploie 3500 personnes, on sait faire1,6 % de gains de productivité »

Ces policiers seraient organisés en brigade de 10 à 20 personnes selon les quartiers sur 16 nouveaux secteurs (contre huit quartiers aujourd’hui). « Il faut qu’ils soient très présents à pied dans la rue, dans l’espace public, visibles, et à des horaires adaptés aux quartiers, martèle le candidat LREM. C’est beaucoup de dissuasion qu’il faut faire dans l’espace public. » Leur mission serait de lutter contre la délinquance du quotidien, le harcelement, les incivilités etc.

S’il n’en fait pas un préalable, il est prêt à ouvrir le débat sur l’armement de cette police municipale si le besoin est exprimé par les agents, après la réorganisation.

Une brigade de lutte contre le harcèlement

Une brigade spécifique de 20 policiers interviendrait dans le champ du harcèlement, notamment avec l’aide d’applications dédiées qui permettent de signaler des comportements inappropriés, par exemple dans les transports.

« Je souhaite qu’on expérimente à l'échelle de la métropole, une capacité d'intervention dans le champ de la police des transports, pour être plus présents dans le tram, le bus », ajoute-t-il, puisque alors la problématique dépasse les frontières de la ville. Il souhaite aussi que la police municipale travaille davantage en lien avec la police nationale : « elle ne va pas démanteler un trafic de drogue mais peut interpeller, renseigner etc. ». Il estime aussi qu’il faut renforcer le dispositif de vidéosurveillance pour que les policiers accèdent à des images de qualité dans tous les quartiers où ils en ont besoin.

Les quartiers prioritaires pour lesquels le candidat veut renforcer la sécurité sont Saint- Michel, Bacalan, le Grand Parc et Bordeaux Sud.