VIDEO. Municipales 2020 à Montpellier : C'est tendu en interne à La France Insoumise

ELECTIONS Le comité électoral de La France Insoumise a tranché : le parti soutiendra le mouvement Nous Sommes, alors que les militants locaux voulaient un rapprochement avec EELV

Jérôme Diesnis

— 

En 2014, Muriel Ressiguier et Jean-Luc Mélenchon regardaient dans la même direction. Ca, c'était avant.
En 2014, Muriel Ressiguier et Jean-Luc Mélenchon regardaient dans la même direction. Ca, c'était avant. — Xavier Malafosse / Sipa
  • La France Insoumise ne présentera pas de tête de liste à Montpellier, comme 20 Minutes l’avait expliqué mi-octobre.
  • Le parti de Jean-Luc Mélenchon a fait un choix, depuis Paris, qui froisse les militants locaux.
  • Au cœur du clivage interne, la volonté des uns et le refus des autres de soutenir EELV.

Les deux communiqués de presse se sont succédé en une heure et demie d’intervalle. Ils en disent long sur le clivage au sein de La France insoumise (LFI) à Montpellier. Comme 20 Minutes l’indiquait le 17 octobre dans son panorama pour les municipales de 2020 dans la préfecture de l’Hérault, LFI a choisi de ne pas y présenter de candidat en son nom. L’échec des européennes (9,88 %) est passé par là, brisant la dynamique de Jean-Luc Mélenchon dans la ville lors des présidentielles (31,46 %).

Mais le choix « de soutenir le mouvement citoyen et populaire Nous Sommes » par le comité électoral (national) a fait sortir de ses gonds Muriel Ressiguier. « [Il] piétine les militants des groupes d’actions majoritaires à Montpellier », peste la députée de la seconde circonscription (100 % montpelliéraine) de l’Hérault. « Cette décision a jeté le trouble et le mécontentement au sein des militants ».

Au cœur du clivage, le rapprochement (ou non) avec EELV

Au sein du groupe de réflexion Confluence, ils étaient nombreux à militer pour une liste unique à la gauche du Parti socialiste. En multipliant, notamment, les appels du pied à EELV. Un parti très courtisé alors que le seul sondage sur les intentions de vote à Montpellier (BVA/La Tribune/Public Sénat), l’a placé au coude-à-coude avec le maire sortant Philippe Saurel (DVG).

Vains espoirs… Nous Sommes a déjà annoncé son intention de ne pas présenter de liste commune avec le parti écologiste (peu enclin de son côté à s’associer au PS). Et Lutte ouvrière sera également de la fête. Tout est en place pour que la gauche s’élance en ordre dispersé.

Retrouvez, en mars 2020, les résultats des élections municipales à Montpellier.