Municipales 2020 à Bordeaux : Feltesse veut « que les gens seuls dans leurs voitures et les poids lourds soient pénalisés »

ELECTIONS L’ex conseiller de François Hollande se présente aux municipales à Bordeaux. Il livre ses propositions pour améliorer les déplacements à Bordeaux

Elsa Provenzano

— 

Vincent Feltesse travaille à élaborer des propositions locales avec son association Bordeaux Métropole des quartiers.
Vincent Feltesse travaille à élaborer des propositions locales avec son association Bordeaux Métropole des quartiers. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • Le candidat Vincent Feltesse (ex-président socialiste de la métropole) a fait des propositions pour améliorer les déplacements sur Bordeaux et son agglomération.
  • Il donne la priorité au projet de « RER métropolitain » qui permettrait des connexions ferroviaires de périphérie à périphérie.
  • Il souhaite aussi lancer le débat d’un péage urbain sur la rocade et supprimer progressivement les places de parking en surface pour redonner de la place aux piétons et aux vélos.

Victime d’une crise de croissance accélérée, la ville de Bordeaux connaît des saturations sur son réseau routier et de transports en commun. A la tête du collectif Bordeaux métropole des quartiers, Vincent Feltesse, candidat sans étiquette (ex-PS) aux municipales à Bordeaux, a livré ce mardi ses propositions pour améliorer la mobilité, préoccupation numéro un des Bordelais. Insistant sur son pragmatisme, l’ancien président de la métropole de Bordeaux estime qu’après « un mandat incantatoire sur la mobilité, le prochain doit être celui des réalisations. » Lors du dernier sondage réalisé pour la Tribune par Elabe, Vincent Feltesse réunirait entre 9 et 9,5 % selon les deux scénarios envisagés.

Un RER métropolitain en priorité

Pour lui, la priorité principale est de réaliser le fameux « RER métropolitain » qui s’appuie sur le réseau TER existant, sur les lignes sous-exploitées, et sur des gares ou des haltes abandonnées pour créer de nouvelles dessertes (par exemple une liaison Cestas-Ambarès sur la liaison Libourne-Arcachon ou Villenave-Cubzac sur la ligne Langon-Saint Mariens). L’Etat, la région et la métropole soutiennent aujourd’hui le projet, sans qu’un financement ait été mis en place pour le réaliser. Vincent Feltesse dégaine, lui, des chiffres : « 800 à 900 millions d’euros, c’est la fourchette haute » et environ un tiers pourrait être financé par la métropole.

Avec des rames capacitaires, les liaisons TER seraient équivalentes à quatre lignes supplémentaires de tramway. « Et alors qu’il faut environ une heure pour traverser la métropole en tramway, c’est autour de 30 minutes en train », souligne-t-il. En heures de pointe, il estime que les trains pourraient passer tous les quarts d’heure. Ce système permettrait d’assurer des liaisons de périphérie à périphérie plutôt que de concentrer les transports en commun dans l’hyper centre.

Un péage urbain sur la rocade

« J’utilise volontairement le thème de péage urbain parce qu’il fait réagir », anticipe Vincent Feltesse en présentant cette mesure plutôt impopulaire auprès des automobilistes. Balayant la vieille idée d’un grand contournement de l’agglomération, il préfère s’inspirer des systèmes de régulation mis en place par de grandes villes d’Europe (Stockolm, Oslo, Milan et Londres), qui ont permis des baisses de trafic de l’ordre de 15 %. Et moins de voitures sur les routes, c’est plus de fluidité.

« Je suis prêt à assumer que les gens qui voyagent seuls dans leurs voitures et les poids lourds soient pénalisés », avance le candidat. Il ajoute immédiatement que ceux qui n’ont pas d’autres moyens que d’habiter à 30 ou 40 km de Bordeaux et qui viennent y travailler ne doivent pas être mis à l’amende mais aidés. Il souhaite « un péage urbain redistributif socialement » dont les contours devront être débattus.

Suppression progressive des places de parking en surface

Autre mesure qui devrait faire grincer des dents les automobilistes, la suppression progressive des places de parking en surface dans l’hypercentre pour reconquérir de l’espace public. « Il faut trouver de la place et ce qu’on dit, c’est qu’une place c’est 12 m², explicite Vincent Feltesse. La suppression des places en surface se ferait au profit de parkings de rabattement, de l’autopartage et il y aurait des dérogations pour des personnes qui n’ont pas d’autres choix (comme les aide-soignantes). »

« Les places de parking peuvent être transformées en microjardin ou en terrasse pour les cafés, ajoute Boubacar Seck, engagé aux côtés de Vincent Feltesse. Il faut rendre la ville aux déplacements doux. »

Après un accident mortel de la circulation impliquant une trottinette ce week-end à Bordeaux, le candidat de Bordeaux métropole des quartiers s’est déclaré « favorable à un durcissement de la législation sur les déplacements à trottinette, pour des bêtes questions de sécurité. »