Municipales 2020 à Marseille : LFI appelle au « mariage » de la gauche et des collectifs d’ici « la mi-octobre »

POLITIQUE Depuis des mois, la gauche marseillaise et les collectifs citoyens tentent de se rassembler en un même mouvement. La suppléante de Jean-Luc Mélenchon Sophie Camard appelle à une convergence rapide

Mathilde Ceilles

— 

Sophie Camard et Mohamed Bensaada en octobre 2019
Sophie Camard et Mohamed Bensaada en octobre 2019 — Mathilde Ceilles / 20 Minutes
  • Les militants de LFI à Marseille se sont prononcés pour une union de la gauche aux municipales.
  • Cette mission est confiée à Sophie Camard et Mohamed Bensaada.
  • La suppléante de Jean-Luc Mélenchon appelle toutefois à une union effective d’ici quinze jours.

« Il faut qu’à la mi-octobre, on y voie clair. » Ce mardi lors d’une conférence de presse, la députée suppléante de Jean-Luc Mélenchon, Sophie Camard, a appelé à une convergence des gauches marseillaises et des différents mouvements citoyens récemment nés, dans la perspective d’une candidature unique aux prochaines municipales de Marseille. Tel est du moins le mandat que lui ont confié, aux côtés de Mohamed Bensaada, les militants de LFI lors d’une assemblée générale ce samedi.

Il est vrai que pour l’heure, cette union de la gauche peine à se dessiner avec clarté. Il y a d’un côté deux mouvements citoyens, le Mouvement sans précédent, et le pacte démocratique. Il y a également le Parti socialiste, représenté par Benoît Payan dans le projet d’union de la gauche. Il y a enfin Europe Ecologie les Verts, qui se montre méfiant vis-à-vis de cette perspective, et se réunit ce samedi pour en débattre et convenir d’une position commune claire.

« Vous n’avez jamais organisé un mariage ? »

« Ce rassemblement ne se fera pas simplement par le cartel des appareils politiques », prévient toutefois Mohamed Bensaada, qui souhaite laisser dans cette union une place de choix aux mouvements citoyens. « L’idée est que les partis politiques tombent le drapeau et laissent 50 % des places aux citoyens », abonde Sophie Camard. « Mais vous n’avez jamais organisé un mariage ?, plaisante Mohamed Bensaada. Le plan de table, ce n’est pas simple ». Ce vote des militants de LFI fait suite à de longues discussions internes et parfois houleuses au sein du mouvement sur la stratégie à adopter. « Oui, on a débattu très fortement, reconnaît Mohamed Bensaada. C’est normal. La politique, ça a parfois des airs de MMA ! »

Dans la perspective de cet hypothétique rassemblement, LFI a présenté ce mardi une série de propositions pour les municipales, allant de la politique culturelle à la place du port à Marseille, en passant par l’écologie. Mais pas question pour l’heure d’y voir un programme porté par une éventuelle candidature de Sophie Camard et/ou Mohamed Bensaada. « Pas grand monde nous réclame l’homme ou la femme providentielle, estime ce dernier. On a dans nos rangs des gens en capacité de porter cette liste, mais on verra en temps et en heure. » Un mouvement auquel Jean-Luc Mélenchon pourrait participer ? Sans l'exclure, Sophie Camard précise : « C'est à lui de le dire. Nous avons mené tous ces processus par nous-mêmes. Nous ne sommes pas des enfants.» Mohamed Bensaada.

« Notre démarche est innovante et dans laquelle EELV avait toute sa place d’y contribuer », estime Sophie Camard. Et de s’adresser de nouveau aux militants d’EELV : « Je lance un appel une fois de plus aux écologistes d’être au rendez-vous de l’histoire, et leur souhaite une bonne assemblée générale pour trouver un consensus comme on a pu en trouver à LFI. »