Municipales 2020 à Rennes : Le casting des candidats est presque au complet

POLITIQUE A six mois du scrutin, les principaux postulants au fauteuil de maire sont désormais connus dans la capitale bretonne

Jérôme Gicquel

— 

La bataille pour la mairie de Rennes s'annonce très serré en 2020.
La bataille pour la mairie de Rennes s'annonce très serré en 2020. — MIGUEL MEDINA / AFP
  • A six mois des élections municipales, le casting des candidats et des candidates se précise à Rennes.
  • La maire socialiste sortante Nathalie Appéré aura fort à faire pour conserver son fauteuil.
  • LREM et les Verts rêvent de s’emparer de la capitale bretonne, aux mains des socialistes depuis 1977.

A six mois des élections municipales, on commence à y voir un peu plus clair sur les candidats et candidates qui brigueront le fauteuil de maire de Rennes l’an prochain. Et contrairement aux autres années, le scrutin s’annonce très serré dans la capitale bretonne, aux mains des socialistes depuis 1977. Le politologue Romain Pasquier assure même que « ce sera peut-être le combat politique le plus dur pour Nathalie Appéré ».

La maire sortante a longtemps laissé planer un vrai-faux suspense autour de sa candidature. Elle est finalement sortie du bois mi-septembre en annonçant qu’elle briguerait bien un second mandat, précisant toutefois qu’elle n’entrerait pas en campagne « avant la fin de l’année ». Autour d’elle, ses équipes s’activent toutefois pour préparer l’échéance avec l’opération « 200 jours pour Rennes » qui se poursuit pour échanger avec les Rennais et les Rennaises sur les thématiques de l’écologie, de la solidarité et de la participation citoyenne.

Les Verts se voient déjà en tête au premier tour

Première à s’être déclarée candidate, Carole Gandon (LREM) prend elle aussi le pouls de la population actuellement pour affiner son projet. Avec son collectif « Révéler Rennes », elle entend mener « une campagne positive » et non « dans le dénigrement ou le dégagisme », assurant toutefois que «  les Rennais sont prêts pour le renouvellement ».

Surfant sur leurs bons résultats aux Européennes, les Verts veulent également incarner ce changement dans la capitale bretonne. Alliés de Nathalie Appéré dans la majorité actuelle, ils ont décidé de partir seuls pour le premier tour. Et ils ne cachent pas leurs ambitions. « Nous sommes en capacité d’être en tête au premier tour, on s’y est préparé », assure Matthieu Theurier, désigné tête de liste d’EELV la semaine dernière aux côtés de Priscilla Zamord. S’ils arrivaient en tête au premier tour, les écologistes estiment même qu’ils seraient « les seuls à faire converger les sociaux-démocrates jusqu’aux insoumis ».

Un tandem Charles Compagnon-Pierre Breteau

Avec Enora Le Pape et Jean-Paul Tual comme chefs de file, les partisans de Jean-Luc Mélenchon ont également lancé leur campagne, baptisée « Rennes en commun », ce vendredi. Ils en appellent à une « véritable liste citoyenne » sans que l’on sache encore s’ils scelleront des alliances dès le premier tour.

Dernier à s’être déclaré candidat en cette fin de semaine, Charles Compagnon se présentera quant à lui « sans étiquette ». Le président de l’association des commerçants Le Carré Rennais, poste dont il vient de démissionner, formera un ticket avec le maire MoDem de Saint-Grégoire Pierre Breteau, qui briguera quant à lui la métropole. Dans une ville hostile à l’extrême-droite, Emeric Salmon portera enfin les couleurs du Rassemblement national avec comme objectif de « rentrer au conseil municipal ».