Municipales 2020 à Montpellier : Un sondage met le maire Philippe Saurel et EELV au coude à coude

POLITIQUE Selon ce sondage, les deux listes seraient créditées d’environ 24 % des intentions de vote, loin devant Vignal, Altrad, Delafosse, le Rassemblement national et La France insoumise

Jérôme Diesnis
— 
La mairie de Montpellier.
La mairie de Montpellier. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse
  • Selon un sondage réalisé par BVA pour La Tribune et Public Sénat, le maire sortant Philippe Saurel (DVG) et EELV seraient au coude à coude à six mois du premier tour des municipales à Montpellier, à 24 et 22 % des intentions de vote.
  • Les traditionnels poids lourds, Parti socialiste et Les Républicains, confirmeraient leur déclin sur la ville.
  • La France insoumise et le Rassemblement national pourraient se maintenir au second tour, avec 11 à 12 % d’intentions de vote.

Selon un sondage publié ce vendredi par La Tribune, réalisé en partenariat avec l’institut BVA et Public Sénat, le maire sortant de  Montpellier, Philippe Saurel (DVG), et les écologistes d’  EELV seraient  au coude à coude dans les intentions de vote au premier tour des  municipales 2020. Le maire sortant est crédité de 24 % d’intention des votes, avec ou sans le soutien LRM. Les écologistes seraient à 22 %.

Une projection qui confirmerait les résultats des dernières élections européennes. LREM, soutenu par le maire de Montpellier, s’était imposé d’une courte tête (22,77 % des voix) dans la préfecture de l’Hérault, devant la liste écologiste. Mais celle-ci avait créé la surprise en atteignant 19,53 % des bulletins exprimés.

Ce sondage laisse entrevoir une forte dispersion de l’électorat. Comme en 2014, lorsque Philippe Saurel était sorti victorieux d’une quadrangulaire au second tour (face aux candidats, PS, LR et FN) avec 37,54 % des voix (et 22,93 % au premier),  aucun candidat ne se détacherait à l’issue du premier tour. A noter que Philippe Saurel n’a toujours pas officialisé sa candidature pour sa réélection.

La France insoumise loin du score de Mélenchon à l’élection présidentielle

Il confirmerait également l’érosion des anciens poids lourds de la vie politique française. Dans cette ville dirigée de 1977 à 2014 par le Parti socialiste (Georges Frêche puis Hélène Mandroux) Michaël Delafosse, candidat PS, n’est crédité que de 9 à 11 % des voix. Alex Larue, candidat Les Républicains, plafonnerait de son côté à 5 à 6 %.

Les deux candidats qui briguent l’investiture LREM, Patrick Vignal et Mohed Altrad (le sondage a été réalisé avant la déclaration de sa candidature), se situent pour leur part à moins 10 % d’intention de vote. Derrière la France insoumise (qui n’a pas désigné son ou sa candidate), qui ne parviendrait pas à confirmer le score de Jean-Luc Mélenchon (31,46 %) dans la ville lors des dernières élections présidentielles. Mais qui serait, selon ce sondage, éventuellement en capacité de se maintenir au second tour (à 11 ou 12 %).

Le Rassemblement national ne serait pas au second tour

Le rassemblement national, dont la tête de liste, Olaf Rokvam, est totalement inconnue à Montpellier, est crédité du même score que la France Insoumise.

Cette étude a été réalisée par BVA auprès d’un échantillon interrogé par téléphone du 2 au 10 septembre. Un échantillon de 706 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d’un échantillon représentatif de 1097 habitants de Montpellier âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de l’interviewé et quartier de résidence.

Les intentions de vote qui figurent dans ce rapport reposent sur la base des personnes inscrites sur les listes électorales à Montpellier, certaines d’aller voter et ayant exprimé une intention de vote, soit 404 à 408 individus selon les hypothèses. Pour cet effectif, pour un pourcentage obtenu par enquête de 20 %, la marge d’erreur est égale à quatre.