Municipales 2020 à Toulouse : Cinq idées féministes (et concrètes) soufflées aux candidats

POLITIQUE Un groupe de Toulousains a planché pendant un an dans le but d’imaginer des propositions concrètes pour améliorer la vie des femmes. Stationnement, piscines… la balle est dans le camp des candidats aux municipales 2020

Hélène Ménal
— 
La façade de l'Hotel de ville de Toulouse, place du Capitole.
La façade de l'Hotel de ville de Toulouse, place du Capitole. — Alexandre GELEBART/REA
  • Des places de stationnement pour les femmes enceintes ou des urinoirs féminins dans les parcs ou des créneaux non mixte dans les piscines de Toulouse.
  • Ces idées font partie d’un « programme » établi par un groupe de trentenaires baptisés « Les féministes au Capitole ».
  • Il vient d’être soumis aux partis politiques qui peuvent s’en inspirer librement.

Une femme à la Métropole, un homme au Capitole, ou vice-versa. Cette proposition de binôme égalitaire fait partie du catalogue de propositions concrètes que viennent de recevoir les partis politiques toulousains* engagés dans la course aux municipales 2020. Pour le rédiger, un groupe de trentenaires, engagés en politique ou pas, a phosphoré pendant un an, rencontrant habitants sur les marchés ou associations spécialisées, s’inspirant de leur vie quotidienne, et palabrant pendant d’interminables soirées.

« Si des propositions sont reprises et appliquées par qui que ce soit, alors ce sera un progrès dans la vie des femmes à Toulouse », assure Katia Broussy, membre, avec Ninon Gillet, du « noyau dur » des «Féministes au Capitole». Parmi les idées posées là, en « open source » y compris pour les autres villes, 20 Minutes en a retenues arbitrairement cinq. Dont une très polémique.

1- Des places de stationnement pour les femmes enceintes

Pas facile de trimballer son gros bidon ou de se traîner quand on a la nausée. Le groupe propose de créer ces places de stationnement réservées « notamment à proximité des stations de métro, des pharmacies ou des maternités ». Mais comment éviter les abus ? « On imagine que la mairie pourrait délivrer un macaron sur présentation d’une déclaration de grossesse et valable pour toute sa durée », répond Katia Broussy.

2 – Des arrêts à la demande dans les bus de nuit

Descendre du bus devant chez soi plutôt que de parcourir des centaines de mètres dans l’obscurité. La suggestion a déjà été faite par des associations à Tisséo, qui a écarté cette idée au motif que cela posait des problèmes juridiques et d’assurance. Mais « les Féministes au Capitole » sont persuadés « qu’avec un peu de volonté politique, tout est possible ».

Le visuel qui accompagne les propositions programmatiques.
Le visuel qui accompagne les propositions programmatiques. - Les féministes au Capitole

3 – Des urinoirs féminins dans les parcs

L’inégalité des sexes devant la pause pipi est patente. D’ailleurs, dans sa quête, et notamment sur les marchés, le groupe a remarqué qu’il s’agit d’une vraie préoccupation des Toulousaines. Il y a déjà 63 sanisettes, hermétiques, dans la ville rose, elles en veulent plus. Le programme propose aussi d’expérimenter, après concertation, des « urinoirs féminins, en particulier dans les parcs », qui, sans être à ciel ouvert offriraient une visibilité sur les alentours.

4 – Un ou plusieurs créneau (x) non mixte dans les piscines.

Les « féministes » savent que le sujet est polémique mais n’y mettent « aucune connotation religieuse » et proposent de soumettre l’idée à une concertation publique. « Certaines femmes qui ont subi du harcèlement, des violences ou des viols ne se sentent pas à l’aise dans une piscine, c’est un fait, explique Katia Broussy. Il pourrait ne s’agir qu’une d’une demi-journée par semaine par exemple ».

5 – Des adjoints non genrés

En plus de la parité au niveau des adjoints au maire, le groupe propose que le rôle de ces derniers ne renvoie pas à leur genre. L’adjoint à la petite enfance ne serait plus forcément une femme, celui à la Sécurité ne serait plus nécessairement un homme…

* Le Rassemblement national mis à part