Municipales 2020: Macron, élection, immigration... Marine Le Pen lance la rentrée du RN à Fréjus

EXTREME DROITE La présidente du Rassemblement national lancera la bataille des municipales lors d’un meeting dimanche

L.C. et T.L.G.

— 

Marine Le Pen à Fréjus en 2018.
Marine Le Pen à Fréjus en 2018. — YANN COATSALIOU / AFP
  • Marine Le Pen fait sa rentrée officielle devant les militants à Fréjus (Var) ce week-end.
  • La présidente du RN lancera la bataille des municipales lors d’un meeting dimanche.
  • Elle devrait pilonner Emmanuel Macron sur l’immigration et la sécurité.

Cap sur les municipales. Marine Le Pen fait sa rentrée officielle devant les militants à Fréjus (Var) ce week-end. La présidente du Rassemblement national prendra la parole lors d’un grand meeting dimanche dans cette ville symbolique, que le parti espère conserver en mars prochain. « Le meeting de Marine sera le point d’orgue de notre rentrée. Elle est en pleine forme, prête à mener la campagne des municipales comme elle avait mené celle des européennes », s’enthousiasme Jean-Lin Lacapelle, membre du bureau exécutif du RN.

Les élections de mars prochain seront au cœur de ces 48 heures. Arrivés en tête aux européennes, les frontistes espèrent poursuivre leur dynamique au niveau local pour renforcer leur implantation et préparer la présidentielle. « On veut gagner des communes, puis des départements et des régions en 2021, et avoir le plus de grands électeurs dans l’optique des sénatoriales. C’est aussi une rampe de lancement pour 2022 », confirme le conseiller régional RN d’Ile-de-France. L’objectif : faire gagner la dizaine de maires frontistes élus en 2014 et conquérir des municipalités symboliques dans ses bastions du Nord-Pas-de-Calais et du sud-est.

Pilonner Macron sur l’immigration et la sécurité

A Fréjus, le RN évoquera aussi les « gilets jaunes », la politique sociale de l’exécutif, la « criminalité et le trafic de drogue ». L’occasion de pilonner Emmanuel Macron sur l’insécurité et la politique migratoire. Jordan Bardella a déjà donné le ton en début de semaine. Le député européen et vice-président du RN s’est rendu mardi à Villeurbanne, près de Lyon, où un Afghan est accusé d’une attaque mortelle au couteau qui a fait un mort, pour réclamer « un moratoire » sur l’immigration en France et dénoncer une « situation migratoire explosive ».

« Avec la sécurité, ce sera un sujet très important lors des municipales. Sur l’immigration, Emmanuel Macron est un imposteur, il fait de la communication », attaque Jean-Lin Lacapelle, raillant le débat sans vote organisé par le gouvernement le 30 septembre à l’Assemblée.

Reprendre la main, alors que Marion Maréchal pointe le bout de son nez

Cette prise de parole de Marine Le Pen devant les militants intervient deux semaines avant une « convention de la droite » à Paris, dont sa nièce Marion Maréchal est l’invitée vedette. La rentrée médiatique de l’ancienne députée RN, jugée par les Français comme la meilleure candidate du RN pour 2022 (contrairement aux militants frontistes) selon un sondage Elabe, semble agacer la cheffe du parti. « Nous ne sommes pas dans la même démarche : je suis la patronne d’un mouvement politique, ce qui n’est pas le cas de Marion », a d’ailleurs balayé dimanche dernier l'intéressée.

« Marion Maréchal ne nous gêne pas, c’est un rôle complémentaire. Mais pour nous la droite n’existe plus. L’union des droites ne se fera pas, c’est une mauvaise direction », avance Jean-Lin Lacapelle. Le RN a choisi une autre statégie, jugeant le clivage droite-gauche dépassé. « Nous, nous voulons rassembler tous les nationaux qui aiment la France, d’où la présence d’Andréa Kotarac samedi ». Le transfuge de La France insoumise participera à un atelier à Fréjus pour dénoncer « les contradictions » de son ancien le mouvement. Avec Thierry Mariani, il est l’une des rares prises récentes du RN dans les autres partis.