La première conférence de presse de Violette Spillebout, après son investiture par LREM pour les Municipales de  à Lille.
La première conférence de presse de Violette Spillebout, après son investiture par LREM pour les Municipales de à Lille. — G. Durand / 20 Minutes

POLITIQUE

Municipales 2020 à Lille: Qui est Violette Spillebout, investie par le parti En Marche?

La tête de liste En Marche pour les élections municipales 2020 à Lille est une ancienne cheffe de cabinet de Martine Aubry

  • C’est une ancienne cheffe de cabinet de Martine Aubry qui est candidate pour En Marche aux municipales de Lille.
  • Violette Spillebout a été investie par le parti présidentiel face à la députée LREM Valérie Petit.
  • La nomination de Violette Spillebout ne fait pas l’unanimité au sein de son parti.

Voilà plusieurs mois qu’elle prépare le terrain. L’ancienne bras droit de Martine Aubry, Violette Spillebout (ex-PS), a été investie, mercredi, par le parti présidentiel, La République en marche (LREM) comme tête de liste à Lille pour les élections municipales en mars 2020.

A 46 ans, l’ex-socialiste va donc peut-être batailler contre l’actuelle maire (PS) de Lille, Martine Aubry, dont elle fut la cheffe de cabinet entre 2008 et 2013. C’est dire si elle a des dossiers sur son ancienne patronne. S’en servira-t-elle lors de la campagne ?

« Aucune critique personnelle contre la maire de Lille »

« Difficile de la voir comme opposante à Martine Aubry quand on l’a connue appliquant avec autorité la politique la maire », souligne un ancien élu lillois. De fait, celle qui a travaillé au sein de la municipalité lilloise pendant seize ans, à différents postes, reste dans la retenue.

« Les clivages sont un danger dans lequel il ne faut pas tomber, lance la nouvelle cheffe de file LREM. Je ne formule aucune critique personnelle contre la maire de Lille. Ce sont les Lillois qui se plaignent des méthodes qui ne laissent pas assez place à la transparence et à la participation. »

Comme beaucoup d’autres avant elle, elle promet de faire de la politique autrement. En attendant, même si elle n’a jamais été élue, Violette Spillebout a su se placer dans les instances du parti au point d’écarter sa concurrente à la candidature : la députée (LREM) du Nord, Valérie Petit après un combat plutôt hargneux.

« C’est un coup de Trafalgar »

Réputée proche du ministre Gérald Darmanin, Valérie Petit a vigoureusement réagi auprès de l’AFP après son éviction : « Le vieux monde a donc gagné… Je pleure pour ma ville car elle est perdue » pour la majorité. Elle va désormais « prendre le temps de réfléchir » pour savoir si elle peut, « pour des raisons éthiques », « rester à En Marche » après les « pressions » et les « intimidations » qu’elle a subies, selon elle, de la part du camp Spillebout.

Ce qui n’a pas empêché Violette Spillebout de lui proposer une place sur sa liste. « Elle m’a répondu qu’elle se positionnerait à la rentrée », a néanmoins assuré la candidate LREM, lors d’une conférence de presse, ce jeudi matin, à Lille. Bon courage pour le rassemblement !

D’autant que dans les rangs régionaux, elle se fait cueillir à froid. « C’est un coup de Trafalgar. C’est une très mauvaise décision. Nous ne pourrons pas gagner Lille avec Violette Spillebout », déclare ainsi, à l’AFP, une députée En marche du Nord.

Directrice à la SNCF

En attendant, le slogan de la nouvelle tête de liste est lancé : « Faire respirer Lille ». Le cheval de bataille : la lutte contre la pollution. Retour donc à la politique que Violette Spillebout a quitté en 2013.

Depuis, elle a été embauchée par la SNCF où elle a pris le poste de directrice de la relation client et des situations sensibles. Elle est aussi l’épouse d’Olivier Spillebout, directeur de la Maison de la photographie de Lille. Le détail n’est pas anodin puisque ce dernier est en conflit avec Martine Aubry depuis que la ville a décidé de baisser les subventions du lieu.

Reste à savoir si l’actuelle maire de Lille va briguer un quatrième mandat pour régler d’anciennes affaires de famille.