Municipales 2020: «Le temps de l’écologie municipale est venu» assurent les Verts bordelais

ELECTIONS Forts de leur score à Bordeaux aux élections européennes et des initiatives en faveur de l’écologie comme les marches pour le climat, les écologistes menés par Pierre Hurmic (EELV) lancent ce mercredi un appel au rassemblement

Elsa Provenzano

— 

Pierre Hurmic, chef de file des Verts à Bordeaux
Pierre Hurmic, chef de file des Verts à Bordeaux — S.ORTOLA/20MINUTES
  • Pierre Hurmic, élu local EELV, lance un appel à un rassemblement pour une liste d’alternance écologiste en vue des municipales de 2020.
  • Il estime que le contexte est très favorable à l’écologie, après le bon score réalisé à Bordeaux par la liste EELV aux européennes.

« Il y a un alignement des planètes », plaide Pierre Hurmic, conseiller municipal EELV à Bordeaux et avocat de profession. Pour cet élu local, toutes les conditions sont réunies pour qu’aux prochaines élections municipales de mars 2020, les écologistes conquièrent enfin Bordeaux, bastion de la droite depuis la Libération.

Il lance un appel ce mercredi pour un rassemblement autour de valeurs écologistes, sans brandir son étiquette EELV, souhaitant aller au-delà des « logiques partisanes ».

Un contexte jugé favorable à l’écologie

A Bordeaux, la liste EELV conduite par Yannick Jadot a obtenu 21, 5 % aux élections européennes, contre 13,4 % au niveau national. « C’est un score exceptionnel qui traduit l’enracinement de l’écologie à Bordeaux », se félicite Pierre Hurmic. Les marches pour le climat se sont aussi multipliées dernièrement, note l’élu. Et sur le versant politique, deux bonnes nouvelles sont notées du point de vue des écologistes : Alain Juppé, parti au Conseil constitutionnel, n’est plus dans la course et LREM pourrait présenter une liste concurrente à celle du maire sortant Nicolas Florian (LR). Autant d’arguments qui laissent penser à Pierre Hurmic que « le temps de l’écologie municipale est venu ».

Estimant que la stratégie du « cartel des gauches » n’a pas été payante aux dernières municipales de 2014, puisque la liste avait recueilli seulement 22,5 % des voix, l’élu a d’emblée écarté la possibilité d’accords avec le PS ou le PCF. Il entend fédérer autour de l’appel intitulé Bordeaux pour le climat, l’écologie, les solidarités, qui, en prélude à un programme, liste un certain nombre de principes comme « évaluer chaque projet à l’aune de son impact climatique, écologique et social » ou « renoncer aux opérations de prestige et à la course au gigantisme ».

A l’heure où tout le monde se réclame de l’écologie, il rappelle les engagements concrets des écologistes bordelais, notamment sur les projets comme l'interdiction du plastique dans les cantines, l’opposition au grand contournement routier de Bordeaux et à ce qu’il qualifie de «bétonisation de la Jallère».

Après ce premier appel au rassemblement, qui sera une façon de compter les soutiens, notamment parmi les personnalités locales, la présentation de la liste est attendue en septembre.