Municipales 2020 à Marseille: «S’allier avec la droite, c’est suicidaire pour LREM», selon les marcheurs marseillais

POLITIQUE Sur le plateau de France 3, la potentielle candidate Les Républicains aux municipales a tendu la main aux marcheurs de Marseille… qui n’en veulent pas

Mathilde Ceilles

— 

La mairie de Marseille (illustration).
La mairie de Marseille (illustration). — B. Horvat / AFP
  • Martine Vassal, potentielle candidate LR à la mairie de Marseille, a appelé à un rapprochement entre la droite et LREM
  • Les marcheurs marseillais, qui se considèrent comme des opposants, refusent cette main tendue.
  • A la direction du parti d’Emmanuel Macron, le refus est moins clair.

C’est une courte phrase lâchée l’air de rien, sur le plateau de France 3 ce mardi soir, mais qui a eu l’effet d’une petite bombe. « Il faut rassembler plus largement, la droite, le centre, La République en marche. » Pour la toute première fois, sans toutefois déclarer officiellement sa candidature à la mairie de Marseille, la présidente LR du conseil départemental et de la métropole d’Aix-Marseille Provence fait un appel du pied très clair au parti de la majorité présidentielle, à un an des municipales.

Une déclaration de Martine Vassal qui intervient dans un contexte de rapprochement plus global, ces derniers jours, entre Les Républicains et LREM. Au lendemain du crash de la droite aux européennes, plusieurs élus locaux se sont ainsi décidés à rallier la majorité présidentielle. Soixante-douze maires et élus locaux de droite et du centre ont exprimé de leur côté, dans une tribune diffusée samedi par le Journal du dimanche, leur soutien à Emmanuel Macron.

Des décisions en suspens

De quoi préfigurer une alliance à Marseille avec celle qui est l’une des figures de proue de la droite locale ? Interrogée par 20 Minutes, la direction de LREM ne ferme d’abord aucune porte.

A La République en Marche, on accueille toujours positivement l’intérêt des uns et des autres à vouloir travailler avec LREM. »

Et de préciser : « Pour l’instant, les décisions ne sont pas prises pour la ville de Marseille. La direction du mouvement réfléchit aux personnalités les plus à même de porter un projet progressiste pour les Marseillaises et les Marseillais. »

« Nous sommes dans l’opposition »

Mais dès lors qu’on quitte les arcanes parisiens, la température se refroidit brutalement chez les marcheurs locaux quand on évoque une alliance avec la droite marseillaise. Il faut dire que Martine Vassal reste une proche et une fidèle de Jean-Claude Gaudin, maire sortant de Marseille depuis un quart de siècle, qu’elle n’a jamais désavouée. Et à Marseille, depuis plusieurs mois, et particulièrement après l’effondrement mortel des immeubles de la rue d’Aubagne, les marcheurs marseillais se sont clairement positionnés contre la majorité municipale, son maire en tête.

« Martine Vassal sent aujourd’hui qu’elle est en position de faiblesse, assure Saïd Ahamada, candidat à l’investiture du parti présidentiel pour la mairie. Il y a un petit vent de panique. Mais une stratégie d’alliance avec eux, c’est suicidaire. Elle essaie d’élargir, mais elle se met dans les chaussons de Monsieur Gaudin. Quand on aura la liste des trente noms, il y aura la garde rapprochée de Gaudin. » Et d’ajouter : « Nous sommes dans l’opposition à Monsieur Gaudin. Nous allons bâtir un projet à Marseille, fortement écologique, pour l’élargir à la société civile. »

« Au service de sa candidature »

Et qu’importe si Saïd Ahamada s’affichait récemment sur Twitter tout sourire en train de serrer la main de l’édile LR de Marseille depuis près d’un quart de siècle. « Heureusement que je lui serre la main, mais je suis un opposant à Gaudin, on me l’a suffisamment reproché, affirme-t-il. Si j’étais investi dans une logique d’alliance, je n’irai pas d’ailleurs. »

« Moi, ce que j’ai entendu, c’est que Martine Vassal appelait au rassemblement derrière elle, au service de sa candidature, peste Bertrand Mas-Fraissinet, délégué départemental LREM. Est-ce que Martine Vassal a signé la tribune du JDD ? Est-ce que Martine Vassal veut rejoindre notre mouvement ? Elle dit au contraire qu’elle reste au parti Les Républicains. Actuellement, les conditions d’une alliance ne sont pas réunies. On verra comment les choses avancent. Et le risque RN qu’elle brandit, on le traitera en temps voulu. Nous proposons d’incarner quelque chose de nouveau, et il n’y a rien de nouveau dans ce que dit Martine Vassal. »

Un argument qui pourrait faire mouche auprès des instances décisionnaires du parti. « A Marseille, comme dans toutes les communes de France, notre stratégie s’articulera autour de trois grands objectifs, indique la direction du mouvement à 20 Minutes. Il s’agit de poursuivre le renouvellement des usages et des visages, continuer à rassembler autour de la majorité présidentielle et proposer des projets de transformation locale. » Selon nos informations, le choix du candidat LREM marseillais serait imminent, de sorte qu’il soit arrêté avant un déplacement présidentiel prévu le 24 juin prochain dans la cité phocéenne.