L'hôtel de ville de Montpellier
L'hôtel de ville de Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse

ELECTIONS

Municipales 2020 à Montpellier: Qui sont les candidats déclarés (et ceux qui y songent sérieusement)?

A Montpellier, Alex Larue (LR), Michaël Delafosse (PS), Manu Reynaud (EELV) ou Jean-Louis Roumégas (EELV) se sont portés candidats

  • Alex Larue (LR) s’est déclaré candidat aux municipales de Montpellier, ce jeudi. Il a d’ores et déjà le soutien des instances locales LR et UDI. Et il assure qu’il maintiendra sa candidature, même si Mohed Altrad annonçait son intention de briguer un mandat.
  • A gauche, Michaël Delafosse (PS) a été désigné tête de liste par les militants socialistes. Les Verts vont devoir trancher entre Manu Reynaud et Jean-Louis Roumégas. La France insoumise n’a pour l’instant rien dévoilé.
  • Enfin, l’investiture LREM pose question. Ce sera d’ailleurs sans doute l’une des clés du scrutin.
  • Quant au Rassemblement national, il n’a encore rien officialisé de ses intentions.

Un nouveau candidat aux municipales est sorti du bois à Montpellier : Alex Larue (LR) a annoncé son intention ce jeudi de se lancer dans la course à la mairie. Le conseiller municipal d’opposition a le soutien des instances locales LR et UDI. Gérard Francalanci, le chef de file du parti du centre pour les municipales de Montpellier, a confirmé à 20 Minutes son intention d’être à ses côtés dès le premier tour en 2020. « Je le souhaitais dès 2017, j’en suis ravi, confie le membre de l’UDI. Unis, on peut gagner. »

Alex Larue, le candidat LR aux municipales de Montpellier
Alex Larue, le candidat LR aux municipales de Montpellier - N. Bonzom / Maxele Presse

Mais la droite risque fort de partir divisée dans la bataille des municipales. Porté par le sénateur Jean-Pierre Grand (LR), Mohed Altrad consulte à tout-va et anime un groupe de réflexion, dans la perspective de briguer un mandat de maire. Pour l’instant, le patron du MHR n’a rien officialisé. S’il le faisait, Alex Larue assure qu’il irait jusqu’au bout et ne se retirerait pas. « J’ai ma démarche, il a la sienne », confie le candidat LR.

Mohed Altrad lors d'un match du MHR en février 2018
Mohed Altrad lors d'un match du MHR en février 2018 - Alain ROBERT/SIPA

Le PS a son candidat, EELV pas encore

A gauche, Michaël Delafosse (PS) est lui aussi candidat. Le 19 février, il a reçu le soutien des militants PS de Montpellier, avec 203 bulletins favorables et trois blancs. Le président du groupe municipal d’opposition de gauche anime régulièrement des débats participatifs, avec l’association Destins montpelliérains. Le PS s’active pour « œuvrer au rassemblement de la gauche et négocier avec les autres forces politiques pour constituer une liste commune », indique Hussein Bourgi, le premier secrétaire du PS dans l’Hérault.

Michaël Delafosse (PS)
Michaël Delafosse (PS) - Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Parmi les potentiels alliés, les écologistes. Mais chez EELV, rien n’est encore tranché. Manu Reynaud, qui s’active sur le terrain et les réseaux sociaux depuis de longs mois, est candidat à l’investiture, comme l’ex-député Jean-Louis Roumégas. Une assemblée générale locale doit définir en juin l’ouverture éventuelle de la liste à des écologistes associatifs ou non-encartés, ainsi que les modalités de désignation de la tête de liste.

Incertitudes à la France insoumise et au Rassemblement national

A la France insoumise, arrivée en tête lors de l’élection présidentielle de 2017 à Montpellier, personne n’a encore pointé officiellement le bout de son nez. La députée Muriel Ressiguier, candidate malheureuse en 2014, Julien Colet, qui fut candidat aux législatives en 2017, voire le maire de Grabels, René Revol, pourraient postuler. Ils devront, quoi qu’il en soit, compter sur d’autres listes d’extrême-gauche.

Au Rassemblement national, on ne sait pas encore non plus qui ira au front. France Jamet, candidate aux municipales en 2014, a pris du recul sur les affaires de la ville, pour se consacrer pleinement au Parlement européen, où elle siège. L’actuelle conseillère municipale Audrey Lledo est favorite pour être désignée tête de liste.

Enfin, LREM va-t-elle investir un candidat ou laisser le champ libre au maire actuel Philippe Saurel ? Le choix du parti présidentiel sera l’une des clés du scrutin. On évoque notamment l’intérêt pour les municipales des députés marcheurs Coralie Dubost et Patrick Vignal. « Après les élections européennes​, nous verrons quel est le poids de LREM à Montpellier, et il sera temps de se demander si le parti a besoin d’un candidat, est-ce qu’il s’associe avec des maires Macron-compatibles ou pas, et lesquels, confie Patrick Vignal. Tout est ouvert. » Quant à Philippe Saurel (divers gauche), il n’a toujours rien dit de ses intentions pour 2020, et il le fera très certainement au dernier moment. Mais celui qui sera le favori du scrutin rejette toute alliance avec des partis.

Philippe Saurel.
Philippe Saurel. - N. Bonzom / Maxele Presse