Municipales 2020 à Montpellier: Centre-ville, transports, propreté… Quels sont les enjeux du scrutin?

POLITIQUE A un an des municipales, « 20 Minutes » liste les enjeux de l’élection. A Montpellier, on va parler du centre-ville, des transports, de propreté, du nouveau stade et des impôts

Nicolas Bonzom

— 

La place de la Comédie à Montpellier.
La place de la Comédie à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Vieillissant, difficile d’accès et tributaire des parkings payants, le centre-ville de Montpellier sera à coup sûr l’un des enjeux majeurs des municipales de 2020.
  • Les transports, dont l’accès à la gare Sud de France, seront aussi au cœur des débats.
  • Enfin, le nouveau stade, la propreté et la fiscalité seront des thèmes chers aux électeurs.

A Montpellier, les municipales de 2020 s’annoncent plus épiques que jamais. Les écuries politiques se mettent petit à petit en ordre de bataille. Et les enjeux seront nombreux. L’avenir du centre-ville, les transports, la propreté, le nouveau stade et les impôts, 20 Minutes fait le point sur les dossiers brûlants qui vont agiter le scrutin.

Le centre-ville

Vieillissant, difficile d’accès et tributaire des parkings payants, le centre-ville de Montpellier souffre. Le maire Philippe Saurel (divers gauche) a lancé un vaste plan de réhabilitation, pour repenser de A à Z la Comédie, l’esplanade et le Triangle. La fermeture du tunnel de la Comédie est dans les cartons, si les habitants la plébiscite.

L’élu propose d’en profiter pour remettre à plat toute la circulation en ville. Michaël Delafosse, candidat PS aux municipales, s’y oppose, qualifiant la proposition d’« abracadabrantesque ». Le candidat souhaite plutôt « un grand plan d’accessibilité et d’ensemble pour l’Ecusson ». De son côté, EELV propose de faire du tunnel une piste cyclable, en transformant la voie de gauche en route pour les bicyclettes.

Enfin, la sécurité devrait être un enjeu fort du scrutin. Philippe Saurel a obtenu des policiers nationaux, recruté des municipaux, développé la vidéosurveillance et promis de s’attaquer à l’insécurité galopante de l’esplanade. Michaël Delafosse a proposé en septembre d’accentuer la présence d’agents publics en ville, obtenir du préfet l’ouverture la nuit du commissariat de la Comédie et créer une brigade des transports.

Les transports

Ce sera sans aucun doute l’un des enjeux majeurs des municipales de 2020. Parmi les sujets les plus brûlants, la gare Sud de France, qui absorbera un bon paquet de TGV dans les prochains mois. Pour les usagers, c’est une vraie galère. Philippe Saurel a promis d’y relier la ligne 1 du tramway en 2021, et a lancé des aménagements pour booster son accessibilité. Michaël Delafosse a proposé en septembre de mobiliser plus de bus, d’avancer la réalisation du prolongement de la ligne 1, et de lancer une étude pour relier les deux gares, le parc des expositions à Pérols et l’aéroport.

Le candidat PS et Alex Larue (LR), potentiel candidat de la droite aux municipales, ont par ailleurs un point commun. Ils ont tous les deux signé et fait signer la pétition de Manu Reynaud, prétendant EELV à la mairie de Montpellier, pour « sauver les TGV en gare Saint-Roch ». Pour Alex Larue, une réduction du trafic TGV dans la gare centrale porterait « un nouveau coup à l’attractivité sociale et économique » du centre-ville. Pour Manu Reynaud, ce serait « une régression inacceptable pour les usagers ».

Autre enjeu du scrutin, le vélo. Dada des écologistes, qui réclament une véritable politique en matière de bicyclette, le biclou n’est pas le fort de la capitale héraultaise. Après avoir subi les foudres des usagers, Philippe Saurel s’est engagé en décembre dans un vaste plan vélo. Enfin, les embouteillages s’inviteront sans doute dans le débat. A Montpellier, difficile de circuler aux heures de pointe sans y être confronté. Il manque des routes, dont le contournement ouest, dans les cartons depuis de longues années.

Le nouveau stade

Philippe Saurel a promis de poser dans le quartier Cambacérès la première pierre du futur stade le 7 juin prochain, lors de l’ouverture du Mondial féminin. Mais la construction de cette enceinte ne fait pas l’unanimité. Son financement non plus. Alex Larue demande depuis plusieurs mois que soit organisé un référendum métropolitain pour trancher sur l’avenir du futur écrin du MHSC. De son côté, Manu Reynaud, qui pointe du doigt son coût [environ 150 millions d’euros], a proposé en janvier dernier de mettre la question de la construction d’un stade en débat lors des municipales de 2020.

La propreté

C’était l’un des enjeux des municipales 2014, et il ne fait aucun doute que le thème reviendra en 2020. Depuis 2014, Philippe Saurel a multiplié les mesures pour redonner à Montpellier de son éclat, avec le déploiement de toilettes publiques et de corbeilles à papier et d’une brigade des incivilités, pour chasser les dépôts de déchets sauvages du centre-ville. Mais pour Michaël Delafosse, Montpellier reste « sale ». Le candidat PS proposait en décembre dernier d’augmenter le passage des collectes et du nettoiement, poursuivre l’effort sur les conteneurs enterrés et mettre en place une fiscalité incitative pour ceux qui s’engagent sur une démarche de propreté et de tri.

Les impôts

Depuis 2014, Philippe Saurel a serré les vis pour tenir sa promesse de ne pas augmenter les taux d’imposition. Les candidats aux municipales, le maire en tête s’il choisit de se représenter, devront s’exprimer sur ce thème cher aux Montpelliérains.